- Adultère : Infidélité conjugale c’est-à-dire le fait pour une personne mariée, d’avoir des relations sexuelles avec quelqu’un d’autre que son conjoint.

- Bigamie : le fait pour une personne de se marier légitimement deux fois ( trigamie : trois fois etc. ) après veuvage ou dissolution de la première union. Cette forme de bigamie est dite successive et différente de la bigamie simultanée qu’est la polygamie.

- Concubinage : union stable et incluant des relations sexuelles entre un homme et une femme sans lien matrimonial.

- Convalidation : procédé juridique qui consiste à valider un mariage nul. Ainsi on donne à ce mariage la valeur qu’il n’avait pas juridiquement parlant. Selon la situation, on distingue la convalidation simple et la convalidation radicale. On recourt à la convalidation quand les conjoints maintiennent leur consentement et entendent rester ensemble.

- Disparité de culte : En droit canonique, cas de mariage où l’un des conjoints est catholique, et l’autre non baptisé. La disparité de culte constitue en empêchement au mariage.

- Dispense : Exemption (libération) d’une loi ecclésiastique dans un cas particulier ( dispense d’un empêchement matrimonial (c. 1078), dispense de vœux (c.1196) etc. C’est un acte relevant de l’autorité compétente (l’Ordinaire ou le Saint-Siège pour les cas qui lui sont réservés.).

- Dissolution : il est parfois question de la dissolution d’un lien matrimonial. Le mariage sacramentel (entre baptisés) ratum et consummatum, c’est-à-dire conclu et consommé, est absolument indissoluble sinon par la mort d’un des conjoints. Le mariage non sacramentel est en principe indissoluble. Mais quand un couple est irrémédiablement séparé par la faute du conjoint non chrétien ou quand la vie devient impossible au conjoint chrétien en raison de sa foi, celui-ci peut adresser au pape une demande de dissolution de son mariage en vue d’un nouveau mariage avec une partie catholique. Cette procédure n’est pas automatique et comprend certaines enquêtes.

- Divorce : rupture légale du mariage civil, du vivant des époux. Cette rupture ne concerne pas le mariage à l’église.

- Fornication : désigne les relations sexuelles en dehors du mariage.

- Empêchements de mariage : Obstacles légaux à la conclusion valide d’un mariage.

- Mariage dispar : Mariage entre catholique et non- baptisé (e)

- Mariage légitime ou naturel : C’est celui entre non-baptisés. Ce lien, de droit naturel est plutôt renforcé par le sacrement. Il devient sacramentel par le baptême des conjoints.

- Mariage mixte : mariage entre baptisés de confessions différentes.

- Mariage non sacramentel : C’est celui entre une partie catholique et toute personne non baptisée.
Le mariage non sacramentel, même s’il n’est pas identique au mariage sacramentel, n'est pas sans valeur, mais sa valeur et sa solidité dépendent beaucoup de l’importance de la foi et de l'observance des conditions posées par la législation ecclésiastique pour sa célébration.

- Mariage sacramentel :
* Celui entre deux baptisés catholiques
* Celui entre baptisés de confessions différentes : entre catholique et protestant par exemple. Il est interdit. Il ne peut être célébré qu’avec la permission de l’autorité compétente.

- Monogamie : régime matrimonial selon lequel un homme ou une femme ne peut avoir plusieurs conjoints en même temps. Dans la doctrine catholique la monogamie est la seule forme d’union voulue par le Créateur et la plus respectueuse de l’égale dignité de l’homme et de la femme.

- Polygamie (voir bigamie): Situation matrimoniale d’une personne ayant contracté simultanément des unions multiples. Il y a deux formes de polygamie :
* la polyandrie : le fait pour une femme d’avoir simultanément plusieurs maris.
* la polygynie (terme rare) : le fait pour un homme d’avoir simultanément plusieurs épouses. La polygamie sous toutes ses formes est exclu du mariage catholique.

- Privilège de la foi : selon la doctrine matrimoniale catholique la protection de la foi l’emporte sur l’indissolubilité du mariage. C’est la raison pour laquelle, en cas de danger pour la foi du conjoint catholique (ou des enfants) celui-ci peut demander la dissolution de son mariage en vue de contracter mariage avec une partie catholique.

- Privilège paulin (cf. Saint Paul dans I Co 7 , 11-16) : un mariage légitime (c’est-à-dire entre deux non - baptisés) peut être dissous en faveur de la foi si l’un des conjoints se convertit et est baptisé, et que l’autre conjoint se sépare, ou refuse de cohabiter pacifiquement.

- Privilège pétrinien : élargissement du privilège paulin à des cas non prévus par saint Paul, tels que les mariages dispars ou polygames.

Abbé Jacob YODA
Archidiocèse de Ouagadougou
Novembre 2009

Pin It

La dénomination de l’association « Union des Religieux et Coutumiers du Burkina pour la Santé et le Développement (URCB/SD) », partenaire mis en évidence dans la campagne « 1 000 000 de voix pour la planification familiale et la santé de la reproduction » crée la confusion dans les esprits. On fait cro

...

Les distractions

Il nous arrive, au cours de l’oraison, de penser à des sujets très éloignés de ce qui nous occupe. Les distractions sont parfois si nombreuses qu’on n’arrive plus à penser à Dieu et qu’on en est très gêné.

En réalité, les distractions sont un phénomène normal. Nous possédons une mémoire et une imagination. Ce

...