L’Eglise reconnaît et respecte tout mariage légitimement contracté : qu’il soit coutumier ou civil. Alors que les conjoints d’un tel mariage peuvent célébrer leur union dans l’église après échec de leur union, chacun ne peut cependant pas le faire avec un autre partenaire, tant qu’il n’est pas prouvé que son précédent lien a été officiellement rompu par un acte officiel et légitime coutumier ou civil. Ainsi pour qu’un mariage religieux puisse être célébré, il faut la certitude que le premier lien a été rompu et reconnu comme tel. C’est la conséquence de ce que l’Eglise appelle un empêchement de lien qui ne vaut pas seulement pour le mariage religieux.


Abbé Jacob YODA
Archidiocèse de Ouagadougou
Novembre 2009

Pin It

442. Qu’implique la déclaration divine : « Je suis le Seigneur ton Dieu » (Ex 20,2) ?

Pour le fidèle, elle implique de garder et d’exercer les trois vertus théologales, et d’éviter les péchés qui s’y opposent. La foi croit en Dieu et repousse ce qui lui est contraire, comme par exemple le dout

...

Le langage courant désigne sous le terme « contraception » un certain nombre de dispositifs (préservatifs, implants, pilules, etc.), et même la contraception dite « d’urgence » et la stérilisation. Ils sont d’autant plus « efficaces » qu’ils empêchent de contracter une grossesse à la suite d’un rapport sexuel.

Le préservatif est le moins fiable

...