Il n'est pas rare d'entendre certains chrétiens dire : “J’aime Jésus, je crois en lui, mais je n'ai pas besoin d'Église”. Je pense que ce type d'opinion n'est souvent qu'un prétexte pour continuer à vivre leur engagement chrétien à leur manière.

On néglige l'Église, on cesse de participer à l'Eucharistie, on refuse de se préparer à recevoir dignement les sacrements, on n’écoute plus la Parole, on critique les pasteurs, etc. C'est seulement lorsque cela leur convient que ces gens se rapprochent de l'Église en disant qu'ils sont catholiques, mais à leur manière.

D'autres, non sans douleur, se séparent de l'Église car ils ne voient pas chez elle une claire cohérence entre le dire et le faire ; ils sentent que le langage et la vie des chrétiens sont éloignés de l'Évangile. Alors ils répètent avec regret que, s'ils veulent aimer le Christ, ils ne peuvent le faire qu'en marge de l’Église.

Mais il faut se demander : qui est l'Église ?

L'Église n'est pas quelque chose d'abstrait. L'Église c'est toi, c'est moi, c'est nous, laïcs et pasteurs, personnes consacrées ; c’est nous, communautés des croyants, son visage visible. L'Église est à la fois humaine et divine.

Et, tout en sachant que cette Église porte en ses membres les traces du péché, il faut que nous nous demandions sérieusement : “Quelle Église confessons-nous ? En quelle Église croyons-nous ? Quelle Église servons-nous ?

La réponse est claire : nous appartenons à l'Église que le Christ a souhaitée, l'Église que le Christ a réellement voulue. Tout ce que nous allons dire ici n’est pas une invention humaine. C'est le Christ lui-même qui nous l'a enseigné. Ouvrons la Bible, lisons avec attention et méditons ensemble les enseignements sacrés concernant Jésus et son Église.

1. Qu'est-ce que la Bible nous enseigne ?

Dans l'Ancien Testament, Dieu a voulu sanctifier et sauver les hommes, non pas individuellement, mais en faisant d'eux tous un peuple. Parmi toutes les races, Yahvé Dieu choisit Israël en tant que son peuple et il fit avec ce peuple une alliance ou un pacte d'amour.

Il lui révéla sa personne et son projet tout le long de l'histoire de l'Ancien Testament Cependant, tout cela n'était que la préparation à une Alliance nouvelle et plus parfaite qu'il allait accomplir en son Fils Jésus-Christ. C’est-à-dire, le peuple israélite de l'Ancien Testament n'était que la figure ou l’annonce du nouveau peuple de Dieu.

2. Comment Jésus a-t-il construit l'Église ?

Un petit groupe de disciples

Jésus commença d’abord avec l'annonce du Royaume de Dieu. Dès son premier enseignement, il proclama : “Le temps est arrivé et le Royaume de Dieu est proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle du salut” (Mt 1, 17). Mais le peuple d'Israël refusa Jésus comme Messie et Sauveur, et n'accepta pas ses enseignements. C’est pourquoi Jésus commença à former un petit groupe de disciples et, pendant qu'il enseignait à la multitude avec des exemples, il expliquait à ses disciples le mystère du Royaume de Dieu (cf. Mt 4, 18-22).

Les apôtres

Parmi les disciples, Jésus choisit douze Apôtres (= envoyés), à la tête desquels se trouve Pierre. Les Douze vont être les cellules fondamentales et les chefs du nouveau peuple de Dieu (cf. Mc 3, 13-19 ; Mt 19, 28).

Pour les Juifs, douze est un chiffre qui symbolise la totalité du peuple élu (comme les douze tribus d’Israël). Et le fait qu'il y ait douze apôtres est l’annonce du rassemblement de tous les peuples dans le futur Peuple de Dieu.

Jésus prépara ses disciples avec beaucoup de dévouement : il les initia à la démarche baptismale (cf. Jn 4, 2), à la prédication, au combat contre le mal et les maladies (cf. Mc 6. 7-13), il leur apprit à préférer l'humble service et à ne pas chercher les premiers rangs (cf. Mc 9, 35), à ne pas craindre les persécutions (cf. Mt 10), à se réunir en son nom pour prier en commun, à se pardonner mutuellement (cf. Mt 18, 19-22). Et il prépara aussi ses apôtres à aller en mission dans le peuple d'Israël (cf. Mt 10, 5-6). Après la résurrection de Jésus, les apôtres reçurent la mission d’enseigner et de baptiser toutes les nations (cf. Mt 28. 19).

Pierre

Parmi les Douze, c’est Pierre qui reçut de Jésus la responsabilité de confirmer ses frères dans la foi (Jn 21, 15-17). En outre, Jésus l'établit comme rocher et fondement de l'unité : “Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église et les forces de mort ne l’emporteront pas sur elle" (Mt 16, 18).

A Pierre, rocher et garantie de l'unité de l'Église, Jésus confia la responsabilité d'être le chef de la maison de l'Église. C'est à Pierre d'ouvrir et fermer les portes de la Cité céleste et c'est à lui que reviennent les pouvoirs disciplinaires et doctrinaux : “Je te donnerai les clés du royaume des cieux : tout ce que tu lieras (défendras) ici sur terre sera lié dans le ciel et ce que tu délieras (permettras) sur terre sera délié dans les cieux” (Mt 16, 19).

Jésus chargea les Douze de perpétuer la Cène du Seigneur : “Vous ferez cela en mémoire de moi” (Lc 22, 19). Il leur donna aussi la responsabilité de lier et délier et de pardonner : “Recevez l'Esprit Saint, tous ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront enlevés ; quand vous les maintiendrez, ils seront maintenus” (Jn 20, 22-23 ; Mt 18, 18).

Conclusion

Tous ces textes évangéliques révèlent déjà la nature de l'Église qui est le prolongement de son Seigneur Jésus-Christ lui-même. Jésus a donné des indications claires pour une Église organisée et visible, une Église qui soit sur terre le signe du Royaume de Dieu. En outre, Jésus a voulu réellement son Église bâtie sur le roc, et a promis sa perpétuelle présence dans cette Église par l'Eucharistie et à travers l'exercice des pouvoirs d’enseigner, de gouverner et de sanctifier donnés aux Apôtres. Il a aussi promis que “les forces de mort ne l'emporteront pas sur cette Église".

3. L'Église est née à Pâques et à la Pentecôte

L'Église, telle que Jésus l’a voulue, est celle pour laquelle il est mort. Avec sa mort et sa résurrection, à Pâques, Jésus accomplit l'œuvre que le Père lui avait confiée sur terre. Mais le Seigneur ne laissa pas les Apôtres orphelins (cf. Jn 14, 16), il leur envoya son Esprit le jour de la Pentecôte afin de sanctifier le nouveau Peuple de Dieu (cf. Jn 20, 22).

C'est le jour de la Pentecôte que l'Église du Christ se manifesta publiquement et que débuta la diffusion de l'Évangile parmi les peuples au moyen de la prédication (cf. Ac 2). C'est l'Église qui réunit les hommes et les femmes de toutes les nations en un Peuple nouveau pour en faire des disciples du Christ (cf. Mt 28, l9-20). Le mot grec ecclésia, qui apparaît 125 fois dans le Nouveau Testament, signifie en français assemblée convoquée ou Église. Tous ceux qui croient en Jésus et qui sont nés par la Parole du Dieu vivant (cf. 1P 1, 23), non pas par la chair, mais de l'eau et de l'Esprit (cf. Jn 3, 5-6), sont devenus “race choisie, sacerdoce royal, nation sainte".

4. L’Église est le corps du Christ

L’Apôtre Paul est l'auteur inspiré qui a le plus profondément réfléchi sur le mystère de l'Église. Lorsqu'avant sa conversion, il poursuivait l’Église, le Seigneur lui-même lui apparut sur le chemin de Damas. Là, Saul eut la révélation d'une mystérieuse identité entre le Christ et l'Église: “Je suis Jésus, le même que tu persécutes” (Ac 9, 5). Et dans ses lettres, Paul continue sa réflexion sur cette union mystérieuse entre le Christ et l'Église.

Suivons donc la méditation de l'apôtre Paul à propos de l'Église. La réalité de l'Église en tant que “Corps du Christ" éclaire très bien le rapport intime entre le Christ et l'Église. L'Église, non seulement, est réunie autour du Christ, mais elle est toujours unie au Christ, dans son Corps Mystique. Il y a quatre aspects de l'Église en tant que “Corps du Christ” que Paul met spécifiquement en relief.

Un seul corps

Pour l’apôtre Paul, l'Église n'est pas telle ou telle communauté locale, mais elle est, dans toute son ampleur et dans toute son universalité, un seul Corps (cf. Ep 4, 13). C’est le lieu de réconciliation des juifs et des non-juifs (cf. Col 2, 18-24). L’Esprit Saint fait des croyants les membres du Corps du Christ au moyen du baptême : “L'Esprit, qui est un, a fait de nous un seul corps au moment du baptême” (1 Co 12, 13). Et cette union vivante est maintenue par le pain eucharistique : “Nous sommes plusieurs, mais nous devenons un seul corps, car il n'y a qu'un seul pain et, tous, nous participons du même pain” (1Co 10, 17).

Christ est la tête du corps

Le Christ “est la tête du corps qu'est l'Église” (Col 1, 18). En Éphésiens 1, 22, l'apôtre Paul dit, en parlant de Jésus : “Dieu a tout mis sous ses pieds, et a fait de lui, de façon spéciale, la tête de l’Église qui est son Corps” (Ep 1, 22).

Le Christ est différent de l'Église, mais il est uni à elle comme la tête est unie au corps. En effet, le Christ est la tête et nous sommes les membres ; l'homme entier c’est Lui et nous. Christ et l'Église, c'est un tout. Le “Christ total” est donc le Christ et l'Église.

L'Église est l’Épouse du Christ

L’unité du Christ et son Église, Tête et membres du Corps, implique aussi pour Paul une relation très personnelle. Le Christ aime l’Église et a donne sa vie pour elle (cf. Ep 5, 25). Cette image jette un rayon de lumière sur la relation intime entre l'Église et le Christ. “Les deux deviendront une seule chair : grand mystère, que j’applique au Christ et à son Église" (Ep 5, 31-32).

L'Esprit Saint, principe vital

L'Esprit Saint est le principe de l'action vitale dans toutes les parties du corps. L'Esprit Saint agit de multiples manières pour l’édification de tout le corps. “Il n'y a qu'un seul Corps et un seul Esprit. Et par le Christ, tout le corps est bien ajusté et lié par l'union entre toutes ses parties ; et lorsqu'une partie travaille bien, tout grandit et se développe avec amour" (Ep 4, 4).

Les différents dons de l'Esprit Saint (les dons hiérarchiques et les dons charismatiques) sont ordonnés à l’édification de l’Église, au bien des hommes et à répondre aux besoins du monde (cf. 1 Co 12 et 13).

5. Diverses images bibliques de l'Église

Nous trouvons dans le Nouveau Testament diverses images qui décrivent le mystère de l'Église.

Beaucoup de ces figures sont déjà évoquées dans les livres des prophètes et tirées de la vie agricole, pastorale, de l'édification, ainsi que de la famille, des noces, etc. Nous ne pouvons pas analyser ici toutes ces figures qui représentent l'Église ; ce serait trop long. Nous signalerons uniquement les images les plus importantes de l’Église avec leurs textes bibliques respectifs. C'est une bonne occasion pour vous, lecteurs, de lire et méditer personnellement avec votre Bible.

Dans le Nouveau Testament, l'Église est présentée comme un "troupeau", un “enclos” (Jn 10, 1-10) ; “le champ, la vigne du Seigneur” (Mt 21, 33-34 ; Jn 15, 1-5) ; “édifice et temple de Dieu” (1 Co 3, 9) ; “ville sainte", “Jérusalem céleste" (Gal 4, 26) ; “notre mère et épouse de l’Agneau" (Ap 12, 17 et 19, 7).

6. Résumé

1. L'Église est une création de Dieu, construction du Christ, animée et habitée par l’Esprit Saint (cf. 1Co 3, 16 et Ep 2, 22).

2. L’Église a été confiée aux hommes, à des apôtres “choisis par Je sus sous l'action de l'Esprit Saint” (Ac 1, 2). Et les apôtres on confié l'Église à leurs successeurs qui, par l'imposition des mains ont reçu le charisme de gouverner (cf. 1 Tm 4, 14 et 2 Tm 1, 6).

3. L'Église, guidée par l'Esprit Saint (cf. Jn 16, 13) est “colonne et support de la vérité" (1 Tm 3, 15), capable de garder le dépôt des “saines paroles reçues" (2 Tm 1, 13). C’est-à-dire capable de l'expliquer sans erreur.

4. L'Église a été constituée comme Corps du Christ au moyen de l’'Évangile (cf. Ep 3) ; est née d'un seul baptême (cf. Ep 4, 5) ; est nourrie d’un seul pain (cf. 1 Co 10, 17) ; et rassemblée en un seul Peuple des fils d’un même Dieu et Père (cf. Gal 3, 28).

5. La loi de l'Église est le “commandement nouveau : aimer comme le Christ nous a aimés” (Jn 13, 34). Cette loi est la loi nouvelle de l'Esprit Saint. Et la mission de l’Église est d'être “sel de la terre et lumière du monde" (Mt 5, 13).

7. Considération finale

Après cette brève réflexion biblique sur l’Église du Christ, je n’arrive pas à comprendre comment un chrétien peut dire : “je crois en Jésus-Christ, mais pas en l'Église". Cette façon de parler, c'est simplement mutiler le message du Christ et elle montre une grande ignorance de la véritable foi chrétienne.

L'Église est la continuation du Christ dans le monde. On trouve en elle la plénitude des moyens du salut, livrés par le Christ aux hommes, par l’intermédiaire des apôtres. L'Église du Christ est “la base et le pilier de la vérité” (1 Tm 3, 15) ; c'est le lieu où, à travers les signes sacramentaux, l'action de Dieu se manifeste, en vue de l'arrivée en ce monde du Règne de Dieu.

Ainsi donc, accepter le Christ signifie accepter son Église. Le Christ total est le Christ et son Église. On ne peut pas accepter le Christ et refuser son Église. Jésus dit à ses disciples : “Celui qui vous reçoit, me reçoit. Et celui qui me reçoit, reçoit aussi celui qui m’a envoyé ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie".

C'est dans l'Église bâtie sur Pierre que nous reconnaissons pleinement l'Église de Jésus-Christ. Cette Église à laquelle nous avons la joie d'appartenir. Certes, l'Église est à la fois sainte et pécheresse, car elle est formée par des êtres humains, mais c'est la seule qui se greffe directement sur les apôtres et sur le Christ Jésus. A nous de grandir au jour le jour en sainteté pour que brille en elle le visage de la véritable Église rêvée par le Christ. C'est une grave erreur que de méconnaître tout cela. Donc, plus de chrétiens à leur manière, mais à la manière dont le Christ a disposé. Et le Christ a voulu nous sauver dans son Église qui est et doit être de plus en plus “une, sainte, catholique et apostolique".

Pour réfléchir

1. Qu’est-ce que l’Église ?

2. A quelle Église appartenons-nous ?

3. Comment le Christ a-t-il constitué son Église ?

4. Quelles personnes et combien de personnes Jésus a-t-il choisies comme base et fondement de l'Église ?

5. Pourquoi les apôtres furent-ils douze ?

6. Quand l’Église catholique est-elle née ?

7. Que veut-on dire par “l’Église est le Corps du Christ" ?

8. Quelles images de l’Église trouve-t-on dans la Bible ?

9. Quelle est la véritable Église ?

10. Pouvons-nous refuser d’accepter la véritable Église fondée par Jésus ?

11. Qu’est-ce que Vatican II nous dit à ce propos ?

Père Carlos Orduna Diez
Clerc de Saint Viateur
1999

Pin It