On parle beaucoup des saints dans l’Église catholique. Il y a même une fête pour tous les saints, la Toussaint, célébrée chaque 1er novembre. Lorsqu’on lit la vie de beaucoup de saints, on peut être découragé de ne pas pouvoir les imiter. Beaucoup ont été prêtres, religieux ou religieuses, alors que nous n’avons peut-être pas cette vocation. Ils ont accompli des actions héroïques ou difficiles, qui semblent hors de notre portée. Or les Écritures nous rappellent qu’il faut être parfait, comme le Père céleste est parfait (cf. Matthieu 5, 48). Comment résoudre cette équation ? Je vous propose une promenade sur le chemin de la sainteté en 3 stations.

1. Qu’est-ce qu’un saint ?

Un saint est une personne comme vous et moi qui tout au long de sa vie s’est efforcée à vivre fidèlement à l’évangile. Il ne s’agit pas d’abord de faire des choses extraordinaires, mais d’appliquer au quotidien les recommandations de l’évangile.

Certaines personnes se sont distinguées parmi les fidèles de leur temps par l’exemplarité de leur vie chrétienne. L’Église après une longue procédure qu’on appelle « canonisation » les déclare saints. Cela signifie tout d’abord qu’ils sont des modèles à imiter. Saint Paul écrit souvent dans ses lettres : « Soyez mes imitateurs » (1 Corinthiens 4, 16 ; 1 Corinthiens 11, 1 ; Philipiens 3, 17). En d’autres termes, l’exemple des saints doit nous stimuler dans la pratique des vertus chrétiennes. En faisant comme eux, nous sommes sûrs de plaire au Seigneur et de parvenir au ciel.

En second lieu, ceux que l’Église déclare saints sont déjà parvenus au Ciel et prient pour nous. Dans le livre de l’Apocalypse, saint Jean voit une fumée de parfum qui s’élève vers Dieu, avec la prière des saints (Apocalypse 5, 8 ; Apocalypse 8, 3-4). Les saints intercèdent pour nous et nous pouvons solliciter leur prière, en particulier, celle de la Très Sainte Vierge Marie, la plus éminente des saints. L’Église sait qu’il y a une foule innombrable de baptisés parvenus au ciel qui n’ont pas été officiellement déclarés saints. Ceux-ci sont fêtés le jour de la Toussaint.

Si nous prions les saints, s’il nous arrive de faire des neuvaines à tel ou tel saint pour obtenir des grâces, ce qui devrait nous intéresser aussi, c’est de devenir comme eux.

2. Qui peut devenir saint ?

Tous les baptisés sont appelés à devenir des saints. D’ailleurs, saint Paul appelle déjà les chrétiens des saints. Il commence par exemple sa lettre aux Philipiens ainsi : « Paul et Timothée, serviteurs du Christ Jésus, à tous les saints dans le Christ Jésus qui sont à Philippes, avec leurs épiscopes et leurs diacres. A vous grâce et paix de par Dieu notre Père et le Seigneur Jésus Christ ! » (Philipiens 1, 1-2)

Les chrétiens sont déjà appelés saints parce qu’ils doivent s’éloigner de tout ce qui est indigne du beau nom de chrétien. Saint Paul dit en effet : « Suivez la voie de l'amour, à l'exemple du Christ qui vous a aimés et s'est livré pour nous, s'offrant à Dieu en sacrifice d'agréable odeur. Quant à la fornication, à l'impureté sous toutes ses formes, ou encore à la cupidité, que leurs noms ne soient même pas prononcés parmi vous : c'est ce qui sied à des saints. De même pour les grossièretés, les inepties, les facéties : tout cela ne convient guère ; faites entendre plutôt des actions de grâces. Discernez ce qui plaît au Seigneur, et ne prenez aucune part aux œuvres stériles des ténèbres ; dénoncez-les plutôt. » (Éphésiens 5, 2-4.10-11)

C’est donc dire que la sainteté commence dès ici bas, sur cette terre, avant de se poursuivre naturellement au ciel. Et personne ne doit se soustraire de la recherche de la sainteté.

Chacun recherche la sainteté selon son état de vie et dans son milieu de vie :

- Un homme et une femme mariés recherchent la sainteté en tant que homme et femme mariés. Sainte Monique, africaine, était une femme au foyer, mais elle est a été déclarée sainte.

- Un prêtre, un évêque, un religieux, une religieuse recherchent la sainteté en vivant bien leurs engagements de personne consacrée et en accomplissant au mieux leur ministère.

- Un célibataire recherche la sainteté en tant que célibataire.

- Un fiancé, une fiancée recherche la sainteté en vivant comme le Christ l’exige des fiancés.

- Un médecin recherche la sainteté en tant que médecin.

- Un cultivateur recherche la sainteté en tant que cultivateur.

- Un élève, un étudiant recherchent la sainteté en tant qu’étudiants.

- Etc.

C’est dire que l’Évangile doit être appliquée par chaque baptisé dans son milieu de vie, et selon ses possibilités, car tout le monde ne peut pas être prêtre, tout le monde ne peut pas s’occuper exclusivement des malades, des enfants, etc. Mais Dieu inspire à chacun ce qu’il peut faire dans sa situation concrète pour parvenir à la sainteté.

3. Que doit-on faire pour devenir saint ?

Nous avons tous besoin de Dieu. En particulier celui qui veut devenir saint doit penser souvent à Dieu et s’adresser régulièrement à lui par la prière, notamment la participation à la messe dominicale qui est obligatoire. Il est important de se réserver du temps pour prier, le matin, le soir et à tout moment convenable. Sans Jésus, sans prière, nous ne pouvons rien faire (cf. Jn 15, 5). C’est par la prière que nous pouvons traverser avec confiance les épreuves, sans nous éloigner de Dieu.

Il est aussi important de se cultiver dans le domaine de la foi, à travers la lecture de la Bible, de livres religieux, la participation aux retraites, aux conférences, etc.

Tout cela doit avoir pour conséquence un amour de plus en plus grand pour Dieu qui se manifeste par un effort pour fuir le péché qui lui déplaît. La conversion est toujours possible : de grands pécheurs comme saint Augustin, sainte Marie Madeleine sont devenus saints. Il convient donc de bien connaître en particulier les 10 commandements, de les vivre et de se confesser souvent. C’est ce que recommandait Jésus au jeune homme riche qui voulait savoir ce qu’il fallait faire pour avoir la vie éternelle (cf. Mt 19, 18-19).

La sainteté passe aussi par ce qu’on appelle les œuvres de miséricorde. Jésus dira en effet au dernier jour : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli, nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. » (Matthieu 25, 34-36.40) Nous sommes invités donc à faire toute sorte de bien à notre prochain, chacun selon ses talents et ses possibilités.

Voici de façon ramassée l’essentiel de tout ce qu’il vous faut pour devenir saint. Puissions-nous travailler avec empressement pour nous retrouver au ciel un jour. En attendant, à bientôt sur Jésus au Faso.

 

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : vendredi 04 décembre 2020 - Le vendredi de la 1ère semaine de l'Avent
Saint(s) du jour : St Clément d'Alexandrie, père de l'Église († v. 215)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.