Textes : Jr 1, 4-5.17-19; 1Co 12,31 à 13,13; Lc 4,21-30

Excellence,

Fils et filles de l’Église Famille de Dieu de Tenkodogo,

A vous tous, grâce et paix de la part de Dieu notre Père et de notre bien-aimé et Seigneur Jésus-Christ.

Vous êtes accourus si nombreux au pied de la Colline de Gourgou, pour exprimer votre foi au Seigneur Jésus Christ, et manifester votre attachement filial à la Vierge Marie, notre Mère, qui est de toutes nos rencontres humaines et qui ne cesse d’intercéder pour nous.

J’exprime ma profonde gratitude à Mgr Prosper KONTIEBO qui a bien voulu m’associer à ce pèlerinage diocésain, démarche de foi, de pénitence et de conversion. Merci à vous tous prêtres, religieux (ses), catéchistes et fidèles chrétiens de l’Église Famille diocésaine de Tenkodogo; merci pour votre accueil, votre présence et votre sens de l’Église.

J’adresse un salut cordial et fraternel aux Autorités administratives, militaires et paramilitaires. Je salue également la présence des Autorités coutumières et religieuses : les Représentants des communautés protestantes, musulmanes et de la religion traditionnelle… Votre présence à tous à cet événement d’Église est l’expression concrète de la cohésion et du dialogue qui caractérisent les relations entre les différentes confessions religieuses et entre les différents groupes humains dans notre pays. Puisse le Seigneur affermir et consolider entre toutes les ethnies du diocèse, les liens de solidarité, de fraternité et d’unité, préalables indispensables à la paix véritable et au développement intégral auxquels aspirent nos populations.

Chers frères et sœurs, ce pèlerinage s’effectue dans un contexte national marqué par la mémoire encore très vive des attaques terroristes de Ouagadougou qui ont plongé notre pays dans le deuil et la désolation. En union avec Marie notre Mère, confions à la miséricorde de Dieu toutes les victimes tombées sous les balles, les blessés, les familles endeuillées et l’ensemble du Peuple burkinabè. Que Dieu accorde le bonheur éternel aux défunts, un prompt rétablissement aux blessés et qu’il étende encore sa main bienveillante sur notre pays, le Burkina Faso.

I- Tenkodogo : un jeune diocèse aux nombreux défis

Chers frères et sœurs, en érigeant le Diocèse de Tenkodogo, le Saint-Père a voulu susciter le zèle et l’ardeur d’un nouvel élan missionnaire dans cette partie de l’Église-Famille de Dieu au Burkina. Créer un diocèse, c’est faire avancer la mission d’annonce de l’Évangile que le Christ a confiée à son Église à travers le mandat missionnaire : « Allez de toutes les nations, faites des disciples; baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » (Mt 28,19).

La Parole de Dieu de ce jour nous invite justement à redécouvrir dans la figure du prophète Jérémie et dans la mission du Christ, notre identité et notre mission de baptisés. En effet, comme Jérémie, nous avons été choisis et consacrés par la grâce baptismale pour être tous missionnaires et témoins de la Bonne Nouvelle. A la suite donc du Messie qui accomplit les Écritures et annoncent l’Évangile, tout baptisé est appelé à la sainteté et à la mission. C’est notre identité propre. Pour accomplir pleinement cette mission - annoncer et faire connaître et aimer le Christ - , de nombreux défis se présentent à vous au niveau individuel, familial et ecclésial.

1.1- Au cœur de toute mission : la Parole de Dieu

L’annonce de l’Évangile qui incombe à tout chrétien baptisé, nécessite la connaissance et l’amour de la Parole de Dieu. « L’ignorance des Écritures, c’est l’ignorance de Jésus-Christ », nous enseigne Saint Jérôme. Comment annoncer le Christ si l’on ignore le message évangélique dont il est le cœur ? Dans les familles, les Communautés Chrétiennes de Base, les Paroisses, il convient de promouvoir la vulgarisation, la lecture et la méditation de la Parole de Dieu pour que les chrétiens s’en nourrissent, grandissent dans la foi, la connaissance et l’amour du Christ. Un chrétien une Bible / une famille une Bible / une CCB une Bible! Ce n’est qu’à ce prix que pourront naitre des communautés dynamiques et missionnaires qui communiquent au monde « la joie de l’Évangile

1.2- Le défi de l’unité et de la communion fraternelle

L’Église Famille diocésaine de Tenkodogo est caractérisée par une diversité ethnique et culturelle qui constitue une chance, une richesse et en même temps un risque. D’où l’appel à bâtir ensemble une Église-Famille de Dieu où règnent la fraternité, le dialogue, le pardon mutuel et l’unité. « L’Église ne peut progresser qu’en renforçant les liens de communion-unité entre ses membres » (E.I.A, n. 17) nous rappelle le Pape Saint Jean-Paul II. En Jésus-Christ, Dieu nous a réconciliés avec lui et nous appelle à nous réconcilier les uns avec les autres pour édifier une Église humble, unie, solidaire et fraternelle dont le témoignage d’amour constitue une vivante annonce de l’Évangile. « C’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on reconnaitra que vous êtes mes disciples. » (Jn 13,25) Dans un esprit de famille, rejetez et combattez alors la division et les clivages ethniques et politiques qui portent atteinte à l’unité, à la cohésion sociale ainsi qu’à la communion ecclésiale.

1.3- L’engagement missionnaire

« Buud gomde buudu n kelegde, buud tùùmde buudu n tùùmde », enseigne la sagesse de la savane burkinabè.

La mission d’annonce de l’Évangile incombe à tout baptisé qui doit s’engager pour que Jésus-Christ soit connu et aimé. Le chrétien est missionnaire par le don de sa personne au service de l’Église : vocation à la vie sacerdotale et religieuse, vocation de catéchiste, engagement dans les mouvements et associations et dans les activités apostoliques de l’Église tant au niveau diocésain, paroissial qu’au niveau des CCB. Le baptisé est aussi missionnaire par le don de ses biens matériels et financiers et par l’offrande de ses souffrances. A cette jeune Église, l’engagement missionnaire devrait permettre de relever un tant soit peu le défi de l’auto-prise en charge et d’avoir des ressources humaines et financières indispensables à l’extension du Règne de Dieu.

1.4- La famille, noyau/foyer du renouveau ecclésial

« Famille chrétienne, sois fidèle à la communion fraternelle et à la prière »; « Krist ned zak fâa ra viig ne saambiir viim la ne pùusg ye », tel est le thème de ce pèlerinage diocésain. Le Pape François a placé la famille au cœur de la sollicitude de l’Église à travers la convocation du dernier Synode des Evêques sur la famille. De fait, comme l’a si bien souligné le Pape Jean-Paul II, « L’avenir du monde et de l’Église passe par la famille » (Familiaris consortio, n°75). Le Synode a fortement rappelé au monde entier que le mariage et la famille constituent une véritable vocation. A l’instar d’Adam et Ève, l’homme et la femme sont liés dans le mariage pour former une communauté de vie et d’amour, dans la fidélité totale à leurs engagements, en procréant et en éduquant les enfants, don sublime de Dieu aux époux. La Sainte Famille de Nazareth est proposée comme « prototype et exemple de toutes les familles chrétiennes » (E.I.A, n° 81). Nos familles sont appelées à être des « églises domestiques » où la foi en Jésus-Christ est vécue et partagée, de véritables écoles de prière et d’amour. Le Jubilé de la miséricorde est une occasion pour les familles en difficultés de retrouver dans la prière, dans les sacrements et dans les œuvres de miséricorde, la force du pardon qui restaure nos liens humains et familiaux, la force de l’amour qui sauve et promeut la vie.

II- La miséricorde, cœur de l’Évangile et cœur de notre mission

2.1- La miséricorde est au cœur de la Bonne Nouvelle. Toute notre vie chrétienne et toute la mission de l’Église doivent repartir de ce foyer ardent que le Pape François appelle le « Cœur de l’Évangile », c’est-à-dire « la beauté de l’amour salvifique de Dieu manifesté en Jésus Christ mort et ressuscité » (EG n°36). Révéler ce visage miséricordieux du Père et montrer sa proximité aux pauvres et aux petits ont été l’essentiel de toute la vie et du ministère de Jésus. C’est pour nous rappeler cela que le Saint-Père à proposer à toute l’Église un Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde. La miséricorde est l’amour infini du Père qui se laisse toucher par la misère de l’homme et qui ne se lasse jamais de pardonner. C’est un amour qui ne se lasse pas comme le décrit Saint Paul dans la deuxième lecture : l’amour rend service, ne jalouse pas, ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil, ne fait rien de malhonnête, ne cherche pas son intérêt, ne s’emporte pas, n’entretient pas de rancune (cf.1Co 12,31ss). En proclamant une Année Sainte de la Miséricorde, le Saint-Père voudrait réveiller en chaque chrétien la force et le dynamisme de cet amour qui seul peut changer le visage du monde, le visage de nos communautés chrétiennes et de nos familles. Il a voulu ce jubilé « comme un temps favorable pour l’Église, afin que le témoignage rendu par les croyants soient plus fort et plus efficace » (M.V. n°3). Alors engageons-nous sur le chemin de l’amour et de la miséricorde en compagnie de Marie « Mère de la miséricorde » (MV, n°24)

2.2- Sur le rude chemin du témoignage et dans la quête d’un nouvel élan missionnaire pour le renouveau de nos communautés (sacerdotales, religieuses, chrétiennes) et celui de nos familles, nous ne sommes pas seuls. Comme à Cana, la Vierge Marie est toujours là. Tournons-nous constamment vers elle, la « Mère de la Miséricorde » et la compagne de nos routes. «… Personne n’a connu comme Marie la profondeur du mystère de Dieu fait homme. Sa vie entière fut modelée par la présence de la miséricorde faite chair. La Mère du Crucifié Ressuscité est entrée dans le sanctuaire de la miséricorde divine en participant intimement au mystère de son amour » (MV 24).

Que la prière de la Bienheureuse Vierge Marie donne à nos familles de goûter cette miséricorde de Dieu qui transforme les cœurs, afin que renouvelées, elles deviennent à leur tour des foyers d’amour et de miséricorde pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

A tous et à toutes, fructueux et saint pèlerinage diocésain !

+Philippe Cardinal OUEDRAOGO,
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

 

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : samedi 14 décembre 2019 - Le samedi de la 2e semaine de l'Avent
Saint(s) du jour : St Jean de la Croix, docteur de l'Église († 1591)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François