Tanghin-Dassouri

Objet : Réponse aux questions en vue de la rencontre avec l’Archevêque le 18 Décembre 2009 à 9h au Centre Jean-Paul II à Tangê, Ouagadougou.

1. Qui êtes-vous et Combien êtes-vous dans l’Archidiocèse de Ouagadougou ?

Nous sommes les PETITES SCEURS DE LA SAINTE ENFANCE. Nous sommes sept religieuses et cinq novices en formation.

2. Depuis quelle année êtes-vous dans l'Archidi0cèse de Ouagadougou ?

Nous sommes présentes dans l'Archidiocèse depuis Novembre 1998 (cela fait 11 ans) dans la paroisse St Michel de Tanghin-Dassouri.

3. Que faites-vous au titre de votre Institut ou au sein de l’organisation diocésaine ?

Au titre de notre institut, trois sœurs sont au noviciat, à Ballolé, pour la formation des novices. Dans la communauté paroissiale quatre interviennent dans le socio-pastoral : Nous sommes présentes et attentives à la vie des personnes dans des engagements divers :

- auprès des enfants, les jeunes dans l’enseignement, la Catéchèse, l’accompagnement des mouvements d’action catholique (Cœurs Vaillants / Âmes Vaillantes, JEC, Groupes vocationnels, PMC, AFC, Veuves Chrétiennes, Légion de Marie, Liturgie, ...)

- auprès des personnes défavorisées ou seules ; les malades par les soins et les visites...

4. Quelles suggestions faites-vous pour le bien de la mission ? « Duc in Altum »

- Mettre l'accent surtout sur la pastorale de proximité

- Renforcer la collaboration inter-instituts et la concertation avec les autres agents pastoraux (prêtres)

Tout en ayant le souci que nos œuvres puissent demeurer disponibles pour répondre à certains services pastoraux du diocèse,

Pour les Petites Sœurs de la Sainte Enfance,

Sœur Julienne OUEDRAOGO

Historique de la congrégation des petites sœurs de la sainte enfance

« Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous » Jn 1, 14.

« Allez, je suis avec vous... » Mt 28, 19-20.

Ainsi nous sommes envoyées aujourd’hui pour continuer l’lncarnation du Christ.

Qui sommes-nous ?

Origines :

En 1844 le Père Etienne BEDOIN curé d’une paroisse : La Valla en Gier du diocèse de Lyon en France. Il trouve une paroisse très vaste aux chemins impraticables, pauvre spirituellement et matériellement, comme dans beaucoup de campagnes à cette époque.

Le Père Etienne est un pasteur infatigable ; son amour pour le Seigneur ne connaît pas de cesse : amour profond, large et apostolique. Son zèle surnaturel est attentif aux besoins des âmes. Le Père voit la misère de ses paroissiens trop éloignés de l’Église, leurs enfants trop pauvres pour pouvoir se rendre tous les jours à l'école communale, et trop pauvres pour y être admis comme pensionnaires.

Toute cette charge lui revient : visiter les malades, les réconforter, écouter les nombreux appels, éclairer les consciences, annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

Il désirait des sœurs pour la catéchèse, pour l’éducation des jeunes et des enfants et pour le soin des malades, pour porter l’Évangile aux pauvres, aux petits, aux éloignés. Poussé par l’Esprit Saint le Père Etienne fonde les Petites Sœurs de la Sainte Enfance (entre les deux Révolutions de 1830 à 1848).

Sept jeunes filles du village se sont présentées à lui pour l'aider dans la réalisation de cette mission. Il leur donne le nom de Petites Sœurs de la Sainte Enfance.

Notre spiritualité

Depuis les origines notre manière spécifique de vivre l’Évangile se traduit dans la communion au mystère de l’lncarnation, ce qui dynamise notre vie et caractérise notre mission.

Envoyées vers les plus pauvres, les petits pour leur révéler l’amour de Dieu à l’exemple du Christ qui a tant aimé les hommes qu'il a demeuré parmi nous.

De la dévotion « Honorer Jésus-Christ dans la crèche, Jésus Petit Enfant et l’imiter, on arrive à la dévotion à l’enfance de Jésus (Texte de 1949) mais la vie publique de Jésus se devine à travers sa vie cachée... Les petites sœurs communient aux mystères de la Passion, de la Mort et de la Résurrection parce qu’ils sont l’aboutissement auquel conduit l’enfance du sauveur ». (Constitutions, livre 1, page 10 - paragraphes 7).

« Cet esprit d’enfance évangélique nous appelle à une constante renaissance. Il s’exprime par la simplicité, la disponibilité, la confiance, l’humilité, l’espérance, la Joie, la pauvreté et l’abandon entre les mains du Père. » (Constitutions Livre 1, paragraphe 8 Page 11).

Notre charisme

Notre mission se caractérise dans notre manière de vivre et d’être :

- Pour découvrir et faire découvrir Jésus présent dans la vie des hommes d’aujourd’hui.

- Vivre une relation filiale au Père et une présence simple et attentive à nos frères.

- Contempler Marie, qui pour donner au monde la Parole de Dieu, sut l’accueillir dans tout son être et toute sa vie.

- En étant présentes, proches, insérées, nous voulons partager la vie des personnes et leur révéler l’amour du Père.

- En vivant dans de petites communautés fraternelles pour vivre l'Évangile et en témoigner.

- En participant à la recherche pour le développement de toute personne et de tout groupe.

- En restant attentives aux appels des églises locales.

Implantation au Burkina Faso (Haute-Volta)

La congrégation est présente au Burkina depuis 1954, suite à l’appel « Fidei onum » et pour répondre à l’appel de Monseigneur André DUPONT évêque de Bobo-Dioulasso à cette époque. Trois Petites Sœurs de la Sainte Enfance arrivent à Niangoloko pour répondre aux besoins suivants :

- Enseignement et Éducation des enfants et jeunes en milieu scolaires (écoles, collèges, foyer…)

- Soins des malades (dispensaires, animation dans les villages)

- Centre de formation (action de promotion féminine).

Nous poursuivons les mêmes activités de nos jours et en œuvrant dans la catéchèse, l’accompagnement des différents mouvements d’action catholique, dans l’animation socio- pastorale, dans les équipes liturgiques...

Notre congrégation depuis son origine se reconnaît de droit diocésain.

Nous sommes présentes dans quatre pays : France, Guinée Conakry, Algérie, Burkina Faso. Nous sommes cent trente (130) religieuses.

Nous sommes implantées dans six diocèses au Burkina (Banfora, Bobo-Dioulasso, Dédougou, Diébougou, Ouagadougou, Koudougou).

Depuis 2007 le Burkina et la Guinée forment une Province. La maison provinciale est à Bobo-Dioulasso.

Adresse : Petites Sœurs de la Sainte Enfance. BP 312. Téléphone : 20 97 07 29 ou 20 97 52 32.

Pin It