Les laïcs vivent dans le monde

Les « fidèles laïcs », dit Jean-Paul II, ont une vocation « propre ». Ils participent à la vie du monde par leurs activités professionnelles, familiales, sociales. Ils connaissent les mêmes joies et les mêmes peines, les mêmes soucis que tout le monde. (Exhortation Apostolique sur la vocation et la mission des laïcs dans le monde, n° 14 et 15)

Le baptême et la confirmation font d’eux des membres de l’Église, appelés à exercer leur « fonction sacerdotale, prophétique et royale » dans les activités du monde. comme prêtres, rois et prophètes, mais leur place est dans le monde. C’est là qu’ils doivent se sanctifier. Le monde est à la fois leur lieu de vie et leur champ d’apostolat. Ils « travaillent le monde à la manière d’une ferment ». Leur mission est de révéler aux hommes que Dieu les aime. Le premier rôle des laïcs est d’agir dans le monde, avant même de s’engager dans leur communauté chrétienne.

Leur prière est marquée par les réalités qu’ils rencontrent chaque jour. Leur louange est action de grâce pour tout ce qu’ils ont vu autour d’eux ou vécu eux-mêmes. Leur supplication s’élève pour les besoins spirituels et matériels de leur milieu.

Une institutrice passe sa journée au milieu des enfants. Elle travaille encore pour eux pendant ses soirées et une partie de ses congés. Elle doit tenir compte à la fois des attentes des parents et des règlements administratifs. C’est tout cela qu’elle porte quand elle arrive à la prière.

Une prière adaptée

Les laïcs n’ont pas à copier la manière de prier des prêtres et des religieuses. Ils doivent s’adapter aux conditions qui sont les leurs ; tenir compte de leurs forces, du temps dont ils disposent, des contraintes familiales et professionnelles.

C’est à chacun de décider avec réalisme à quel moment il va prier et quelle sera la durée de la prière. S’il y a une urgence – une visite, un malade – il faut décaler le moment, ou peut-être abréger. Mais cela doit rester exceptionnel. Il faut respecter le principe selon lequel l’oraison est quotidienne. Essayer d’assurer chaque jour un service minimum d’amour face à Dieu.

L’oraison indispensable

La nécessité de l’oraison demeure. Les laïcs vivent au milieu d’une société dont ils partagent les problèmes. Il s’agit de donner un sens à tout cela en le portant devant Dieu. La prière fait partie de la tâche des laïcs. Elle est très utile, pour eux-mêmes d’abord, afin de retrouver la paix, le calme, la sérénité. Mais également pour ceux qu’ils côtoient ou dont ils ont la charge.

Ceux qui disent qu’ils n’ont pas le temps de prier sont justement ceux qui en auraient le plus besoin.

Sans la prière notre action est purement humaine. Au contraire, si nous appelons l’Esprit Saint, il nous donne sa charité et notre vie prend une valeur divine.

L’oraison est d’une importance vitale. Il faut essayer coûte que coûte de tenir le temps que l’on s’est fixé. Rester là, même si on a beaucoup de choses à faire par ailleurs. Même si on a l’impression de n’avoir rien à dire. Dieu, présent dans notre cœur, voit notre bonne volonté, notre amour . C’est essentiel. Il a beaucoup de grâces à nous donner.

Abbé Yves JAUSIONS
Diocèse de Rennes, FRANCE
Dans : Oraison sans frontières, 2006.

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : dimanche 21 juillet 2019 - Seizième dimanche du temps ordinaire
Saint(s) du jour : St Laurent de Brindisi, docteur de l'Église († 1619)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd