Il y a beaucoup de façons de prier :

La prière familiale des parents avec leurs enfants.

La prière conjugale : mari et femme présentent à Dieu leur vie de couple et leurs différents engagements.

La prière à l’église quand la communauté est rassemblée. La principale prière commune est la messe qui renouvelle le sacrifice de Jésus. Elle comprend des prières de demande, de louange, des lectures, des chants, une homélie, la grande prière eucharistique…

Il y a aussi les réunions de prière avec lectures, chants, les rassemblements, le chemin de Croix, l’adoration du Saint Sacrement, les processions…

De leur côté, les prêtres et les religieux récitent l’office qui comprend surtout les psaumes.

Il existe des petits groupes de prière au quartier ; chapelet, partages bibliques, échange, actions auprès des pauvres, prières spontanées du renouveau charismatique, etc…

Puis il y a la prière individuelle, à l’église ou à la maison.

On peut distinguer deux sortes de prière individuelle :

- les prières vocales : on récite et on médite les prières traditionnelles apprises par cœur : Notre Père, Je vous salue Marie, Je crois en Dieu, Je confesse à Dieu, les actes etc… Certains lisent des prières dans un livre. On peut aussi réciter un psaume ou des prières de la liturgie.

- la prière mentale ou oraison (ou encore prière du cœur). C’est un temps que l’on consacre uniquement au Seigneur. Que fait-on ? On lui parle simplement avec ses mots à soi. « La foi c’est quand on parle à Dieu comme on parlerait à un homme » (Le Curé d’Ars)

Toutes ces formes de prière sont bonnes. Elles plaisent au Seigneur. La prière en groupe est le signe que la charité règne entre les membres de la communauté : « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Mat.18, 20).

Mais la prière personnelle est importante aussi. Car la foi de chaque membre enrichit la prière de la communauté. Prière communautaire et prière individuelle se soutiennent l’une l’autre.

PRÉCISONS LE SENS DE CERTAINS MOTS

PRIÈRE. C'est une demande de l'homme adressée à Dieu. Mais le mot a pris un sens très large : il désigne tous les rapports avec Dieu : gestes, paroles, liturgie, etc…

LECTURE SAINTE. On lit attentivement un passage de la Parole de Dieu. On cherche quel message le Seigneur a voulu y mettre. La lecture éclaire et nourrit la foi.

MÉDITATION. On réfléchit à un texte de la Bible ou à un événement. L'homme se parle à lui-même. Il se demande en quoi cette parole l'interpelle, ce qu'elle lui propose de changer.

ORAISON. Puisque Dieu est présent, on peut lui parler directement. C'est d'abord une parole humaine mais il arrive aussi que Dieu parle par des lumières, des inspirations. L'oraison devient échange, dialogue, écoute, etc…. L'important reste l'amour.

CONTEMPLATION. C'est une action de Dieu qui prend la première place dans l'âme. Il intervient lui-même, plus ou moins, soit en pleine lumière, soit dans l'obscurité.

Nous nous proposons d'exposer surtout ce qu'est l'oraison.

La prière mentale ou oraison

La prière mentale, intérieure, est particulièrement nécessaire parce qu’elle établit une relation directe et consciente entre l’âme et Dieu. Celui qui fait oraison ne cherche pas son avantage, mais uniquement le bonheur de Dieu. L’oraison est essentiellement un temps d'amour gratuit offert à Dieu.

Elle est la source de nombreuses grâces. Elle augmente la charité. Elle fait grandir la foi en la présence de Dieu en nous. Elle nous apprend à mieux demander et surtout à recevoir. Elle se nourrit de la parole de Dieu. Elle permet de jeter un regard sur la vie ordinaire en y voyant la présence de Dieu. Elle aide à redresser ce qui doit l’être. Elle est un moyen de progrès.

Depuis les origines de l’Église, l’oraison a été pratiquée par une foule de chrétiens et recommandée par tous les maîtres de la vie spirituelle (Catéchisme de l’Église catholique 2700-2724 ; Abrégé 664-672).

Mais prendre un temps pour prier tout seul, dans son cœur, n’est pas toujours très facile. Il faut y être initié. Comme tout art, la prière s’apprend. Ensuite, en la pratiquant régulièrement, elle est plus facile et même on en ressent le besoin. Et puis, le Saint-Esprit, notre maître intérieur, se charge de nous guider et de nous faire avancer sur ce chemin. Pour cela, il

n’a pas besoin de livre. Il nous enseigne et nous parle directement. Grâce à Lui, nous sommes en relation avec des millions de croyants qui, comme nous, en ce moment, sont en prière.

L'oraison est un devoir

Dieu a laissé à son peuple des commandements. Le plus important c'est : "Tu adoreras Dieu seul". Celui qui aime vraiment Dieu doit prendre un temps pour lui parler, l'écouter, l'adorer, l'aimer, le remercier. Cela veut dire que tout croyant sincère doit se réserver chaque jour un moment consacré uniquement à Dieu.

L'oraison est un moyen privilégié pour remplir ce devoir d'adoration.

L'oraison est une nécessité vitale

Elle nous rappelle qui nous sommes (notre identité) et où nous allons (notre finalité).

Le Père Caffarel affirme : "Prier est un besoin vital, comme de respirer, de manger, de dormir, d'exercer ses facultés corporelles et spirituelles. Je dis bien vital. Qui omet de prier dépérit… L'homme est fait pour vivre en Dieu, comme le poisson dans l'eau". Il cite ce témoignage d'un laïc : "L'oraison équilibre ma vie comme la quille équilibre le bateau et lui permet de rester stable, contre vents et marées".

Tout le monde est capable de faire oraison. L'oraison est simple : elle est basée sur le cœur et non sur la raison. Pourvu que l'on ait l'intention d'aimer Dieu et de lui plaire, l'oraison est toujours bonne.

L'oraison est un droit et un bonheur

Aujourd'hui, on exige le respect des droits de l'homme : droit à la liberté, à un niveau de vie décent, à l'instruction… Prier n'est pas un luxe réservé aux riches, à ceux qui ont le temps. C'est un droit strict. Droit d'arrêter le rythme des journées, de relever la tête, de s'habiller le cœur et de se laisser aimer par Dieu

Nous ne sommes pas des esclaves ; le but de la vie n'est ni le travail ni l'argent. Nous sommes faits pour le bonheur ; l'oraison nous rapproche de Celui avec qui nous vivrons éternellement. Il faut dès maintenant nous habituer à la joie qui vient. Prier, être tout entier avec Jésus, n'est pas un temps volé à nos occupations, cela fait partie de notre vocation d'enfants de Dieu.

L’Oraison, oserai-je dire, c’est une conversation avec Dieu. (Saint Clément d’Alexandrie).

Un entretien familier avec Dieu (St Jean Chrysostome).

C’est « s'occuper » de Dieu. (Saint Benoît).

C’est penser à Dieu en l’aimant.(Charles de Foucauld).

Un échange intime d’amitié où l’on s’entretient souvent, seul à seul, avec Dieu dont on se sait aimé. (Sainte Thérèse d ‘Avila).

Un dialogue d’enfant de Dieu avec son Père des Cieux, sous l’action du Saint-Esprit. (Dom Marmion).

 

Abbé Yves JAUSIONS
Diocèse de Rennes, FRANCE
Dans : Oraison sans frontières, 2006.

Pin It

1. Seigneur, je ne suis pas le premier à venir m'agenouiller devant ton Saint Sacrement. Avant moi, depuis des siècles, des milliers de chrétiens et de chrétiennes T'ont adoré dans l'humble signe du pain. Ils l'ont fait avec un grand amour. Comme eux, je me prosterne devant Toi. J'ouvre mon cœur

...

Les distractions

Il nous arrive, au cours de l’oraison, de penser à des sujets très éloignés de ce qui nous occupe. Les distractions sont parfois si nombreuses qu’on n’arrive plus à penser à Dieu et qu’on en est très gêné.

En réalité, les distractions sont un phénomène normal. Nous possédons une mémoire et une imagination. Ce

...