1. Seigneur des seigneurs, Roi des rois, Saint et Bienheureux Jésus Christ, je T'adore, Toi qui règnes avec le Père et le Saint-Esprit dans la gloire céleste, mais aussi dans l'humble signe du Pain offert pour la gloire de Dieu et le salut des hommes.

2. Aujourd'hui, je me souviens de deux passages de l'Évangile, où il est écrit, Seigneur, que Tu pleuras. Une fois dans le récit de la mort de ton ami Lazare. C'est le verset le plus court du Nouveau Testament (Jn 11, 35), un des plus émouvants. Tu révélais ainsi ton amitié profonde pour cet homme dont nous ne savons presque rien, sauf qu'il était ton ami. Une autrefois, lorsque Tu T'approchais de Jérusalem où allait se passer le drame le plus épouvantable de l'histoire du monde, le meurtre du Fils éternel de Dieu dans sa condition humaine.

Dans le Sacrement de l'Eucharistie, que je contemple ici, Tu es là devant moi et je peux penser que, d'une certaine manière, même dans ta béatitude, celle de ta vie glorieuse Tu pleures encore, soit à cause de tous les deuils qui attristent tant d'hommes et de femmes, soit à cause des innombrables refus, rejets, et tentatives de meurtre de Dieu qui empêchent les hommes d’accueillir le Salut que Dieu seul peut donner aux hommes.

3. Seigneur Jésus, Tu as dit un autre jour aux saintes femmes de Jérusalem qui pleuraient sur Toi de pleurer plutôt sur elles et sur leurs enfants. Tu as aussi déclaré bienheureux ceux qui, comme Toi, pleurent, car ils seront consolés. Je Te rends grâce, Seigneur, pour tes saintes larmes et je voudrais en recueillir le message. Elles m'invitent à comprendre la gravité de tous les péchés. Elles me révèlent aussi l'immense compassion que Tu éprouves envers toutes les personnes qui sont accablées par des malheurs de ce monde et la mort de personnes chères. Tu as consolé la veuve de Naïm qui pleurait la mort de son fils unique. Apprends-moi à pleurer avec Toi et à consoler, comme Toi, tous ceux qui sont dans la tristesse.

4. Bien sûr, aujourd'hui ma prière est pour tous ceux et celles qui pleurent : ceux qui pleurent la perte d'un enfant, d'un parent, d'un ami... Mais aussi ceux qui pleurent parce qu'ils constatent autour d'eux des personnes qui refusent ce qui pourrait leur donner la Paix de Dieu. Ceux enfin (et je suis des leurs) qui pleurent sur leurs propres péchés et qui les regrettent, Accorde à tous les saintes larmes du repentir, mais aussi celles de la joie du pardon, de la joie de Te savoir près de nous, débordant d'amour et de miséricorde, et spécialement ici dans ton Saint Sacrement.

5. Ô merci, Jésus, de tes larmes, merci d'accueillir les miennes et de les effacer par ton pardon et la douceur de ton Esprit consolateur.

Pin It