TRAITS CARACTÉRISTIQUES DE MARIE

L'Assomption de la Vierge Marie – Année B

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur,
il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle. (Luc 1,39-56)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

La visite de Marie à Élisabeth permet à l'évangéliste Luc de mettre en contact Jean Baptiste et Jésus avant même leur naissance. La scène est chargée d'une atmosphère très particulière. Toutes les deux vont être mères. Toutes deux ont été appelées à collaborer au projet de Dieu. Il n'y a pas d'hommes. Zacharie est resté muet. Joseph est étonnamment absent. Les deux femmes occupent toute la scène.

Marie, qui est arrivée à la hâte de Nazareth, en devient la figure centrale. Tout tourne autour d'elle et de son Fils. Son image brille de certains traits plus authentiques que beaucoup d'autres qui lui ont été attribués au fil des siècles à partir de vocables et de titres éloignés des évangiles.

Marie, "la mère de mon Seigneur"

C'est ce qu’Élisabeth, remplie du Saint-Esprit, proclame à grands cris. C'est vrai : pour les disciples de Jésus, Marie est avant tout la Mère de notre Seigneur. C'est de là que vient toute sa grandeur. Les premiers chrétiens n'ont jamais séparé Marie de Jésus. Ils sont inséparables. "Bénie par Dieu parmi toutes les femmes", elle nous offre Jésus, "fruit béni de ses entrailles".

Marie, la croyante

Elizabeth la déclare heureuse car "elle a cru". Marie est grande non seulement en raison de sa maternité biologique, mais aussi parce qu'elle a accueilli dans la foi l'appel de Dieu à être la Mère du Sauveur. Elle a su écouter Dieu, elle a gardé sa Parole dans son cœur, elle l'a méditée, elle l'a mise en pratique en accomplissant fidèlement sa vocation. Marie est une Mère qui croit.

Marie, l'évangélisatrice

Marie offre à tous le salut de Dieu, qu'elle a accueilli en recevant son propre Fils. C'est-là sa grande mission et son service. Selon l'histoire, Marie évangélise non seulement par ses gestes et ses paroles, mais aussi parce que partout où elle va, elle emporte avec elle la personne de Jésus et son Esprit. C'est-là l'essence même de l'acte d'évangélisation.

Marie, porteuse de joie

La salutation de Marie communique la joie qui jaillit de son Fils Jésus. Elle a été la première à entendre l'invitation de Dieu : "Réjouis-toi... le Seigneur est avec toi". Maintenant, dans une attitude de service et d'aide à ceux qui en ont besoin, Marie rayonne la Bonne Nouvelle de Jésus, le Christ, qu'elle porte toujours avec elle. Elle est pour l’Église le meilleur modèle d'une joyeuse évangélisation.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.