LE PROJET DU ROYAUME DE DIEU

3ème dimanche du Temps ordinaire – Année B

Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ;
il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »
Passant le long de la mer de Galilée, Jésus vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter les filets dans la mer, car c’étaient des pêcheurs.
Il leur dit : « Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. »
Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.
Jésus avança un peu et il vit Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque et réparaient les filets.
Aussitôt, Jésus les appela. Alors, laissant dans la barque leur père Zébédée avec ses ouvriers, ils partirent à sa suite. (Marc 1,14-20)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Des ouvrages très importants ont été écrits pour définir où se trouve "l'essence du christianisme". Cependant, pour connaître le cœur de la foi chrétienne, il n'est pas nécessaire de recourir à une quelconque théorie théologique. La première chose est de saisir ce qui était pour Jésus son objectif, le noyau de sa vie, la cause à laquelle il s'est consacré corps et âme.

Personne ne doute aujourd'hui que l’Évangile de Marc l'a bien résumé avec ces mots : "Le royaume de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à cette bonne nouvelle. L’objectif de Jésus était d'introduire dans le monde ce qu'il appelait "le royaume de Dieu" : une société structurée de manière juste et digne pour tous, telle que Dieu la veut.

Lorsque Dieu règne dans le monde, l'humanité progresse dans la justice, la solidarité, la compassion, la fraternité et la paix. C'est à cela que Jésus s'est consacré avec une véritable passion. C'est pourquoi il fut persécuté, torturé et exécuté. Le "Royaume de Dieu" était pour lui l'absolu.

La conclusion est claire : la force, le moteur, l'objectif, la raison et le sens ultime du christianisme est "le royaume de Dieu", rien d'autre. Le critère pour mesurer l'identité des chrétiens, la vérité d'une spiritualité ou l'authenticité de ce que fait l'Église est toujours "le royaume de Dieu". Un royaume qui commence ici et atteint sa plénitude dans la vie éternelle.

La seule façon de regarder la vie telle que Jésus la regardait, la seule façon de ressentir les choses telles qu'il les ressentait, la seule façon d'agir comme il agissait, est d'orienter notre vie vers la construction d'un monde plus humain. Cependant, de nombreux chrétiens n'ont pas entendu parler du "royaume de Dieu" de cette façon. Et nous sommes nombreux les théologiens à avoir eu à le découvrir petit à petit au long de notre vie.

L'une des "hérésies" les plus graves qui ont été introduites dans le christianisme est de faire de l'Église l'absolu. Penser que l'Église est la réalité centrale à laquelle tout le reste doit être subordonné ; faire de l'Église le "substitut" du royaume de Dieu ; travailler pour l'Église et se préoccuper de ses problèmes, en oubliant la souffrance que connaît le monde et la lutte pour une organisation plus juste de la vie.

Il n'est pas facile de maintenir un christianisme orienté selon le royaume de Dieu, mais, lorsqu'on travaille dans cette direction, la foi se transforme, elle devient plus créative et, surtout, plus évangélique et plus humaine.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : dimanche 07 mars 2021 - Troisième dimanche de Carême
Saint(s) du jour : Stes Perpétue et Félicité, martyres († 203)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.