LA VOIE OUVERTE PAR JÉSUS

Baptême du Seigneur – Année B

 En ce temps-là, Jean le Baptiste proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales.
Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. »
En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain.
Et aussitôt, en remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui comme une colombe.
Il y eut une voix venant des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » (Marc 1, 7-11)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

De nombreux chrétiens pratiquants considèrent leur foi uniquement comme une "obligation". Il y a un ensemble de croyances que l'on "doit" accepter, même si l'on ignore leur contenu ou l'intérêt qu'elles peuvent avoir pour sa vie; il y a aussi un code de lois que l'on "doit" respecter, même si l'on ne comprend pas bien pourquoi tant d’exigences de la part de Dieu ; enfin, il y a des pratiques religieuses que l'on "doit" respecter, même si c'est de façon routinière.

Cette façon de comprendre et de vivre la foi génère un type de chrétien ennuyeux, sans désir de Dieu et sans aucune créativité ni passion pour transmettre sa foi. Il se limite à "se conformer". Cette religion n'a aucun attrait, elle devient un fardeau difficile à porter, elle provoque de l'allergie chez un bon nombre de personnes. Simone Weil ne s'est pas trompée lorsqu'elle a écrit que "là où le désir de rencontrer Dieu fait défaut, il n'y a pas de croyants, mais de pauvres caricatures de personnes qui se tournent vers Dieu par peur ou par intérêt."

Dans les premières communautés chrétiennes, les choses étaient vécues différemment. La foi chrétienne n'était pas comprise comme un "système religieux". Elle était appelée "chemin". Un chemin que l’on proposait comme étant la façon la plus appropriée de mener une vie pleine de sens et d'espoir. C'est ce "chemin nouveau et vivant" qui "a été inauguré par Jésus pour nous et que l'on parcourt "les yeux fixés sur lui" (Hébreux 10:20; 12:2).

Il est très important de prendre conscience que la foi est un parcours et non un système religieux. Et tout au long de ce parcours il y a de tout : des moments de marche joyeuse et de recherche, des épreuves à surmonter, des reculs, des décisions inévitables, des doutes et des questions. Tout cela fait partie du chemin : même les doutes, qui peuvent être plus stimulants que certaines certitudes et sécurités que l'on possède de manière routinière et simpliste.

Chacun doit faire son parcours personnel. Chacun est responsable de "l'aventure" de sa vie. Chacun a son propre rythme. Rien ne doit être forcé. Dans le cheminement chrétien, il y a des étapes: les personnes peuvent vivre différents événements et situations. L'important est de "marcher", de ne pas s'arrêter, d'écouter l'appel qui nous est lancé à tous pour vivre d’une manière plus digne et plus heureuse. Ce sera peut-être la meilleure façon de "préparer le chemin du Seigneur".

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : dimanche 07 mars 2021 - Troisième dimanche de Carême
Saint(s) du jour : Stes Perpétue et Félicité, martyres († 203)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.