DES FENTES

2nd dimanche de l'Avent – Année B

Commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu.
Il est écrit dans Isaïe, le prophète : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour ouvrir ton chemin.
Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.
Alors Jean, celui qui baptisait, parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en reconnaissant publiquement leurs péchés.
Jean était vêtu de poil de chameau, avec une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Il proclamait : « Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi ; je ne suis pas digne de m’abaisser pour défaire la courroie de ses sandales.
Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » (Marc 1, 1-8)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Elles sont assez nombreuses les personnes qui n'arrivent plus à croire en Dieu. Ce n'est pas qu'elles le rejettent. C'est qu'elles ne savent plus quel chemin suivre pour le rencontrer. Et pourtant, Dieu n'est pas loin. Caché à l'intérieur même de la vie, Dieu, avec un amour respectueux et discret, suit nos pas souvent erronés ou désespérés. Comment pouvons-nous percevoir sa présence ?

Marc nous rappelle le cri du prophète au milieu du désert : "Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits tous ses sentiers". Où et comment ouvrir à Dieu des voies dans nos vies ? Nous ne devons pas penser à des chemins splendides et clairs par où un Dieu spectaculaire arrivera vers nous. Le théologien catalan J. M. Rovira nous a rappelé que Dieu vient à nous en cherchant la fente que l'homme garde ouverte à ce qui est vrai, bon, beau et humain. Ce sont ces fissures de notre vie dont nous devons nous occuper afin d'ouvrir des chemins à Dieu.

Pour certains, la vie est devenue un labyrinthe. Occupés par mille choses, ils sont constamment agités et en mouvement, mais ils ne savent pas d'où ils viennent ni où ils vont. Une fissure s'ouvre en eux vers Dieu quand ils s'arrêtent pour trouver le meilleur d'eux-mêmes.

Il y a ceux qui mènent une vie "décaféinée", plate et sans importance, dans laquelle la seule chose importante est de ne pas s'ennuyer. Ils ne pourront entrevoir Dieu que s'ils commencent à s'intéresser au mystère qui bat dans les profondeurs de la vie.

D'autres vivent plongés dans "l'écume des apparences". Ils ne s'intéressent qu'à leur image, à ce qui est apparent et externe. Ils se trouveront plus proches de Dieu s'ils cherchent simplement la vérité.

Ceux qui vivent fragmentés en mille morceaux par le bruit, la rhétorique, les ambitions ou la hâte feront des pas vers Dieu s'ils s'efforcent de trouver un fil conducteur qui humanisera leur vie.

Beaucoup rencontreront Dieu s'ils savent passer d'une attitude défensive devant lui à une attitude d'accueil ; d'un ton arrogant à une humble prière ; de la peur à l'amour ; de la condamnation de soi à l'acceptation de son pardon. Et nous ferons tous plus de place à Dieu dans nos vies si nous le cherchons avec un cœur simple.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : lundi 19 avril 2021 - Le lundi de la 3e semaine de Pâques
Saint(s) du jour : St Elphège, évêque et martyr (+ 1012)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.