ALLER À LA CROISÉE DES CHEMINS

28ème dimanche du Temps Ordinaire – Année A

 

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux anciens du peuple, et il leur dit en paraboles :
« Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils.
Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir.
Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : “Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.”
Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ;
les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent.
Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville.
Alors il dit à ses serviteurs : “Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes.
Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.”
Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.
Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce.
Il lui dit : “Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?” L’autre garda le silence.
Alors le roi dit aux serviteurs : “Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.”
Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. » (Matthieu 22,1-14)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Jésus connaissait très bien la vie dure et monotone des paysans. Il savait comment ils attendaient l'arrivée du sabbat pour se « libérer » du travail. Il les voyait se réjouir lors des fêtes et des mariages. Quoi de plus joyeux pour eux que d'être invités à un banquet et de pouvoir s'asseoir à table avec leurs voisins pour partager une fête de noces ?

Poussé par son expérience de Dieu, Jésus commence à leur parler d'une manière surprenante. La vie n'est pas seulement cette vie de travail et de soucis, de peines et de difficultés. Dieu prépare un dernier festin pour tous ses fils et ses filles. Il veut que nous soyons tous assis à côté de lui, autour de la même table, et que nous jouissions pour toujours d'une vie pleinement heureuse. Mais Jésus ne se contentait pas de parler ainsi de Dieu.

Lui-même invitait tout le monde à sa table et mangeait même avec les pécheurs et les indésirables. Il voulait être pour tout le monde la grande invitation de Dieu à la fête finale. Il voulait les voir recevoir joyeusement son appel et créer entre tous une atmosphère plus amicale et fraternelle qui les préparerait adéquatement à la fête finale.

Qu'est-il advenu de cette invitation? Qui l'annonce? Qui l'écoute? Où pouvons-nous entendre parler de cette fête ? Satisfaits de notre bien-être, sourds à tout ce qui ne va pas dans le sens de notre propre intérêt, nous ne croyons pas avoir besoin de Dieu. Ne nous habituons-nous pas peu à peu à vivre sans avoir besoin d'une espérance ultime ?

Dans la parabole de Matthieu, lorsque ceux qui ont des terres et des affaires refusent l'invitation, le roi dit à ses serviteurs : « Allez maintenant à la croisée des chemins et tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au banquet de noces ». L'ordre est inouï, mais il reflète ce que Jésus ressent. Malgré tant de rejet et de mépris, la fête aura bien lieu. Dieu n'a pas changé. Nous devons continuer à inviter.

Mais maintenant le mieux c’est d'aller aux « carrefours » traversés par tant de gens errants, sans terre ni commerce, que personne n’a jamais invités à une fête. Ils pourront comprendre l'invitation mieux que quiconque. Ils pourront nous rappeler notre besoin ultime de Dieu et nous apprendre l'espérance.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : vendredi 30 octobre 2020 - Le vendredi de la 30e semaine du temps ordinaire
Saint(s) du jour : Bse Bienvenue Bojani, tertiaire o.p. († 1292)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.