APPRENDRE DES PERSONNES SIMPLES

14ème dimanche du Temps Ordinaire – Année A

 

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. »
« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » (Matthieu 11, 25-30)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Jésus n'avait aucun problème avec les gens simples de son peuple. Il savait qu'ils le comprenaient. Ce qui l'inquiétait, c'était de savoir si les chefs religieux, les spécialistes du droit, les grands maîtres d'Israël comprendraient un jour son message. Chaque jour, cela devenait de plus en plus évident : ce qui remplissait de joie les gens simples laissait les grands, indifférents.

Ces paysans qui vivaient en se défendant de la faim et des grands propriétaires terriens le comprenaient très bien : Dieu voulait les voir heureux, sans faim ni oppresseurs. Les malades lui faisaient confiance et, encouragés par leur foi, ils croyaient de nouveau au Dieu de la vie. Les femmes qui osaient sortir de chez elles pour l'écouter sentaient que Dieu devait aimer tel que Jésus le disait : avec des entrailles de mère. Les gens simples du peuple étaient en syntonie avec lui. Le Dieu qu'il leur annonçait était celui qu'ils désiraient et dont ils avaient besoin.

L'attitude des « savants » était différente. Caïphe et les prêtres de Jérusalem le voyaient comme un danger. Les maîtres de la loi ne comprenaient pas pourquoi il se souciait tant de la souffrance des gens en oubliant les exigences de la religion. C'est pour cela que, parmi les disciples les plus proches de Jésus, il n'y avait ni prêtres, ni scribes, ni docteurs de la loi.

Un jour, Jésus révéla à tous ce qu'il ressentait dans son cœur. Rempli de joie, il pria Dieu ainsi: « Je te remercie, Père, Seigneur du ciel et de la terre, car tu as caché ces choses aux sages et aux savants et tu les as révélées aux gens simples ».

C'est toujours pareil. Le regard des gens simples est, d'ordinaire, plus propre. Il n'y a pas tant d'intérêt tordu dans leurs cœurs. Ils vont à l'essentiel. Ils savent ce que c'est que de souffrir, de se sentir mal et de vivre sans sécurité. Ils sont les premiers à comprendre l'évangile.

Ces gens simples sont le meilleur que nous avons dans l'Église. Nous devons apprendre d'eux; nous, évêques, théologiens, moralistes et érudits religieux. Dieu leur révèle quelque chose qui nous échappe. Nous les ecclésiastiques, nous risquons de trop rationaliser, théoriser et « compliquer » notre foi. Juste deux questions : pourquoi y a-t-il une telle distance entre notre parole et la vie des gens? Pourquoi notre message est-il presque toujours plus obscur et plus compliqué que celui de Jésus ?

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv