RETOURNER  À BETHLÉEM

Nativité du Seigneur – Année A

 

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre –
ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie.
Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David.
Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli.
Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte.
Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur.
Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » (Luc 2,1-14)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Au milieu des félicitations et des cadeaux, entre  dîners et agitation, presque caché par les lumières, les arbres et les étoiles, il est encore possible d'apercevoir au cœur des fêtes de  Noël « un enfant couché dans une mangeoire ». C'est ce qui arrive dans le récit  de Bethléem. Nous y trouvons des lumières, des anges et des chants, mais le cœur de cette  scène grandiose est occupé par un enfant couché dans une mangeoire.

L'évangéliste raconte la naissance du Messie avec une sobriété surprenante. « Le temps où Marie devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ». Pas un mot de plus. Ce qui semble vraiment l'intéresser, c'est la façon dont l'enfant est accueilli. Alors qu'à Bethléem «  il n'y a pas de place », pas même dans l'auberge, il trouve en Marie un accueil émouvant. La mère n'a pas de moyens, mais elle a un cœur : « Elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire ».

Le lecteur ne peut pas continuer  le récit sans exprimer sa première surprise : c'est en cet enfant que Dieu s'est incarné?  Nous ne l'aurions jamais imaginé ainsi. Nous pensons à un Dieu majestueux et tout-puissant, alors qu’il se présente à nous dans la fragilité d'un enfant faible et vulnérable. Nous l'imaginons grand et distant, et il s'offre à nous dans la tendresse d'un nouveau-né.  Comment pourrions-nous avoir peur de ce Dieu ? Thérèse de Lisieux, déclarée docteur de l’Église en 1997, dit ceci : « Je ne peux craindre un Dieu qui est devenu si petit pour moi. Je l'aime ! »

Le récit nous offre une clé pour aborder le mystère de ce Dieu. Luc insiste jusqu'à trois fois sur l'importance de la « crèche ». C'est comme une obsession. Marie le couche dans une mangeoire. Les bergers n'ont pas d'autre signe : ils le trouveront couché dans une mangeoire. Effectivement, c’est ainsi qu’ils le trouvent dans la crèche à leur arrivée à Bethléem. Cette crèche est le premier endroit sur terre où repose ce Dieu fait enfant. Cette crèche est le signe pour le reconnaître, le lieu où il faut le trouver. Qu'est-ce qui se cache derrière cette énigme ?

Luc fait allusion aux paroles du prophète Isaïe dans lesquelles Dieu se plaint : « Le bœuf connaît son maître, l'âne connaît la mangeoire de son maître. Mais Israël ne me connaît pas, ne pense pas à moi  » (Isaïe 1,3). Il ne faut pas chercher Dieu dans l'admirable et le merveilleux, mais dans l'ordinaire et le quotidien. Il n'est pas nécessaire de chercher dans ce qui est grand, mais de fouiller  dans ce qui est petit.

Ce sont les bergers qui nous indiquent dans quelle direction nous devons chercher le mystère de Noël : « Allons à Bethléem ». Changeons notre conception de Dieu. Revoyons notre christianisme. Revenons au commencement et découvrons un Dieu proche et pauvre. Accueillons sa tendresse. Pour le chrétien, célébrer Noël, c'est « retourner à Bethléem ».
 

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : samedi 30 mai 2020 - Le samedi de la 7e semaine de Pâques
Saint(s) du jour : Ste Jeanne d'Arc, « La Pucelle d'Orléans » († 1431)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd