ENCOURAGER LA CONVERSION

2ème dimanche de l'Avent – Année A

 

 

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée :
« Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »
Jean est celui que désignait la parole prononcée par le prophète Isaïe : ‘Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.’
Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage.
Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain se rendaient auprès de lui,
et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.
Voyant beaucoup de pharisiens et de sadducéens se présenter à son baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ?
Produisez donc un fruit digne de la conversion.
N’allez pas dire en vous-mêmes : “Nous avons Abraham pour père” ; car, je vous le dis : des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham.
Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu.
Moi, je vous baptise dans l’eau, en vue de la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu.
Il tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. » (Matthieu 3,1-12)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Entre l'automne de l'année 27 et le printemps de l'année 28, un prophète original et indépendant apparaît sur l'horizon religieux de la Palestine, provoquant un fort impact sur le peuple. Il s'appelle Jean. Les premières générations chrétiennes l'ont toujours vu comme l'homme qui a préparé le chemin à  Jésus.

Il y a quelque chose de nouveau et de surprenant dans ce prophète. Il ne prêche pas à Jérusalem, comme Isaïe et les autres prophètes : il vit à l'écart de l'élite du temple. Il n'est pas non plus un prophète de cour : il évolue loin du palais d'Antipas. On dit de lui qu'il est « une voix qui crie dans le désert », un lieu qui ne peut être facilement contrôlé par aucune puissance.

Les décrets de Rome et les ordres d’Antipas n'atteignent pas le désert. L'agitation du temple n'y est pas perçue. Les discussions des maîtres de la loi  ne sont pas non plus entendues. Par contre, Dieu peut être entendu dans le silence et la solitude. C'est le meilleur endroit pour commencer la conversion à Dieu en préparant le chemin pour Jésus.

C'est précisément le message de Jean : « Convertissez-vous » : « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers ». Ce « chemin du Seigneur » n'est pas la chaussée romaine à travers laquelle  se déplacent les légions de Tibère. Ces « sentiers » ne sont pas les chemins qui mènent au temple. De nouveaux chemins doivent être ouverts à ce  Dieu qui arrive avec Jésus.

C'est la première chose dont nous avons besoin encore aujourd'hui: nous convertir à Dieu, retourner à Jésus, lui ouvrir des chemins dans le monde et dans l'Église. Il ne s'agit pas seulement d'un aggiornamento ou d'une adaptation au moment présent. C'est beaucoup plus que cela. C'est mettre toute l'Église  en  état de conversion.

Ce ne sera pas facile. Il faudra probablement beaucoup de temps pour placer la compassion au centre du christianisme. Il ne sera pas facile de passer d'une « religion d'autorité » à une « religion d'appel ». Il nous faudra des années avant que nos communautés chrétiennes apprennent à vivre pour le Royaume de Dieu et sa Justice. Des changements profonds seront nécessaires pour placer les pauvres au centre de notre religion.

Cela n'a pas d'importance. On ne peut suivre Jésus que dans une attitude de conversion. Une conversion qu'il nous faut entreprendre dès maintenant, pour la transmettre comme un esprit et un encouragement aux générations futures. Une conversion que nous devons nourrir et soutenir ensemble. Seule une Église dans une attitude de conversion est digne de Jésus.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv