TROIS APPELS DE JÉSUS

17ème dimanche du Temps ordinaire – Année C

 


Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation.»
Jésus leur dit encore : « Imaginez que l’un de vous ait un ami et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander : “Mon ami, prête-moi trois pains,
car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.”
Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : “Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose.”
Eh bien ! je vous le dis : même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
Moi, je vous dis : Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira.
En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.
Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ?
ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » (Lc 11,1-13)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

"Je vous dis : Demandez et vous recevrez. Cherchez et vous trouverez. Frappez et la porte vous sera ouverte”. Il est probable que Jésus ait prononcé ces paroles quand il traversait les villages de Galilée en demandant quelque chose à manger, en cherchant un abri et en frappant à la porte des habitants. Il savait profiter des expériences les plus simples de la vie pour éveiller la confiance de ses disciples dans le Père à tous, plein de bonté. Curieusement, à aucun moment on ne nous dit ce qu’il faut demander ou chercher ou à quelle porte on doit frapper. L'important pour Jésus c’est l'attitude. Devant le Père, nous devons vivre comme des pauvres qui demandent ce dont ils ont besoin pour vivre, comme des personnes perdues qui cherchent un chemin qu'elles ne connaissent pas bien, comme des personnes désemparées qui frappent à la porte de Dieu.

Les trois appels de Jésus nous invitent à éveiller la confiance dans le Père, mais ils le font avec des nuances différentes. "Demander" est l'attitude propre du pauvre. Nous devons demander à Dieu ce que nous ne pouvons pas nous procurer nous-mêmes : le souffle de la vie, le pardon, la paix intérieure, le salut. "Chercher" ne consiste pas seulement à demander. C'est aussi faire des pas pour atteindre ce qui n'est pas à notre portée. Nous devons donc chercher d’abord le royaume de Dieu et sa justice : un monde plus humain et plus digne pour tous. "Appeler", c'est frapper à la porte, insister, crier vers Dieu quand nous le sentons très loin.

La confiance de Jésus dans le Père est absolue. Il veut que ses disciples ne l'oublient jamais : celui qui demande reçoit; celui qui cherche trouve et à celui qui frappe, la porte lui est ouverte. Jésus ne dit pas concrètement ce que reçoivent les gens qui demandent, ce qu'ils trouvent ceux qui cherchent ou ce qu’obtiennent ceux qui crient. Sa promesse (en) est (une) autre : à ceux qui lui font confiance, Dieu leur est donné; ceux qui viennent à lui reçoivent de "bonnes choses".

Jésus ne donne pas d'explications compliquées. Il présente trois exemples que les pères et les mères de tous les temps peuvent comprendre. Quel père ou quelle mère, quand leur fils demande du pain, lui donne un caillou comme ceux que l’on peut voir sur les chemins ? Ou, s'il demande un poisson, va-t-il lui donner un de ces serpents d'eau qui apparaissent parfois dans les filets de pêche ? Ou, s'il demande un œuf, va-t-il lui donner un scorpion recroquevillé comme ceux que l’on voit au bord du lac ?

Les parents ne se moquent pas de leurs enfants. Ils ne les trompent pas et ne leur donnent pas quelque chose de mauvais, mais "de bonnes choses". Jésus tire rapidement la conclusion. "Combien plus votre Père céleste donnera-t-il son Esprit à ceux qui le lui demandent !" Pour Jésus, la meilleure chose que nous puissions demander et recevoir de Dieu est son Souffle, son Esprit, son Amour qui soutient et qui sauve notre vie.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : jeudi 05 décembre 2019 - Le jeudi de la 1ère semaine de l'Avent

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.

Our website is protected by DMC Firewall!