Paroisse Notre Dame de Kolog-Naaba

Excellences,
Chers prêtres,
Chers frères et sœurs,

« Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Jésus-Christ, souverain des rois de la Terre » (Ap 1, 5). Avec ces paroles de saint Jean et en communion avec vous, je rends grâce à Dieu pour les merveilles que le Seigneur ne cesse d’accomplir dans nos vies et dans la vie de notre Église Famille de Dieu à Ouagadougou.

I. Remerciements

En ce jour béni de la Messe Chrismale, je voudrais exprimer aux uns et aux autres ma gratitude pour notre vivre-ensemble, fait de communion et de collaboration missionnaire. Chacun selon sa vocation et sa responsabilité propre. Tout cela concourt à l’édification de notre Église Famille de Dieu.

Sur la demande de la Conférence Épiscopale Burkina Niger, nous avons fait du mois de février, un mois de prière pour la réconciliation, la justice et la paix dans notre chers pays, le Burkina Faso. Merci à tous pour les jeûnes et prières, généreusement accomplis. Cette année encore nous proposons une journée diocésaine de collecte pour l’autoprise en charge. Ce sera le dimanche 24 mars 2019. Je demande à tous les agents pastoraux (Curés, prêtres, catéchistes, religieux (ses), responsables laïcs) de sensibiliser l’ensemble des fidèles à cet effort de carême 2019. La généreuse contribution des uns et des autres, permettra à notre Archidiocèse d’apporter une aide de solidarité à nos frères et sœurs victimes des violences terroristes. Daigne le Seigneur combler chacun au-delà de sa générosité.

II. La Parole de Dieu et interpellations

La Parole de Dieu de cette messe chrismale nous présente le Christ au désert rempli de la Puissance de l’Esprit. Notre Seigneur Jésus Christ, après son baptême dans les eaux du Jourdain, a fait l’expérience du désert pendant 40 jours sans manger, nous rapporte l’Évangile de Saint Luc (4, 1-13). C’est au désert qu’il a pu repousser toutes les tentations et faire le choix de rester fidèle à la volonté du Père.

Le bienheureux Charles de Foucauld disait ceci du désert : « Il faut passer par le désert et y séjourner pour recevoir la grâce de Dieu : C’est là qu’on se vide, qu’on chasse de soi tout ce qui n’est pas Dieu, et qu’on vide complètement cette petite maison de notre âme pour laisser toute la place à Dieu seul » (Nazareth, 23 mai 1898).

Chers amis, cette observation reste vraie pour tous les fidèles du Christ, prêtres, religieux (ses) et laïcs. Le carême est un temps de grâce, une période par laquelle toute âme qui veut porter du fruit doit nécessairement passer. Le désert extérieur dont il est question nous aide à rejoindre le désert intérieur qui est fait de silence, de solitude, de recueillement, de vie intime avec Dieu, de purification, de conversion personnelle.

Dans le contexte mondial actuel, les médias sont braqués sur l’Église, sur les prêtres, les évêques, les religieux (ses)…on dénonce, on condamne, on vilipende…c’est l’heure où jamais ! Il nous faut encrer davantage notre ministère en Christ, notre Unique Modèle, et cela, dans l’humilité, la confiance et un abandon absolu. L’expérience de la vie pastorale montre que bien souvent, nous avons du temps pour les œuvres de Dieu, mais pas pour Dieu lui-même. Prenons acte de nos vies trépidantes, mouvementées, de nos limites et défaillances humaines, et acceptons de prendre nous aussi le chemin du désert comme Notre Seigneur Jésus-Christ :

- Pour un tête-à-tête intime et ininterrompu avec Dieu

- Pour repousser toute tentation

- Pour un renouvellement effectif et décisif qui permet de faire des choix nécessaires pour une vie plus cohérente et plus féconde

Faisons de notre temps de carême, ce désert salutaire qui permet d’être face à face avec notre propre vie, face à face avec notre Père. Puisse le temps de carême nous permettre d’emprunter le chemin de Pâques, chemin de la vie en plénitude et de la résurrection.

III. Rénovation des promesses sacerdotales

A la fin de leur récollection, et solennellement dans cette célébration, Les prêtres vont devant vous, renouveler leurs promesses sacerdotales. Ils manifestent l’unité du sacerdoce et du sacrifice du Christ, continuellement présent dans l’Église. C’est pourquoi la célébration de cette messe chrismale nous renvoie au cénacle, au jeudi Saint, Jour de l’Institution de l’Eucharistie et du Sacerdoce par notre Seigneur et Bien-aimé Jésus-Christ. Au nom de notre Église-Famille diocésaine, il est pour moi un devoir de saluer avec gratitude tous les prêtres qui coopèrent avec générosité et abnégation pour l’édification des portions du peuple de Dieu qui leur sont confiées. A tous les prêtres, nous disons BONNE FÊTE ! Courage et fructueux Apostolat !

Fidèles aux indications de l’Église, les prêtres sont invités à renouveler chaque année, au cours de la messe chrismale, leurs engagements sacerdotaux. La portée des promesses ou engagements est grande. Il s’agit de la parole donnée au Christ lui-même. Toute infidélité constitue une blessure douloureuse dans le corps du christ. Implorons donc le grand prêtre, afin qu’il soit donné à tous les prêtres, de demeurer fidèles à leur charge pastorale et à leurs engagements sacerdotaux. Ce soir donc, à l’instar de la Vierge Marie, les prêtres veulent réitérer le (Oui) donné à l’Ordination Sacerdotale. N’ayons de cesse de prier pour les prêtres, afin qu’ils soient toujours et partout, des pasteurs selon le cœur de Dieu. L’Église invite alors tous les prêtres diocésains et religieux à se rassembler pour la Messe Chrismale et à y concélébrer. Car ils sont les témoins et les coopérateurs de leur évêque dans la confection du Saint Chrême.

IV. Bénédiction des huiles

Nous allons procéder tout à l’heure à la confection et à la bénédiction des huiles. C’est pour accompagner le ministère du prêtre, que l’Église des mains de l’Évêque consacre les huiles, au cours de la messe chrismale pour qu’elles servent à la sanctification et à la vivification des fidèles chrétiens qui se disposent à les recevoir. L’Évêque bénit ainsi trois sortes d’huiles saintes qui seront utilisées dans la célébration des sacrements dans tout le diocèse :

- Bénédiction de l’huile des malades

La première huile à bénir est l’huile des malades ou l’huile des infirmes. Cette huile est symbole de fortifiant, de vie. Elle est utilisée pour soulager le corps, l’âme et l’esprit des malades qui en reçoivent l’onction. Le canon 1003 stipule que tout prêtre – et seul le prêtre, administre validement l’onction des malades. En outre, il n’est pas inutile de préciser que l’onction des malades peut être administrée aux fidèles qui parvenus à l’âge de la raison, commence à se trouver en danger pour cause de maladie ou de vieillesse. Ce sacrement peut être réitéré si le malade, après guérison, tombe de nouveau gravement malade, ou si au cours de la même maladie, le danger s’aggrave (cf. canon 1004). Pasteurs et proches veilleront à ce que les malades reçoivent en temps opportun le réconfort du sacrement (cf. 1002).

- Bénédiction de l’huile des catéchumènes ou des exorcismes

L’huile des catéchumènes est symbole de vigueur. Elle fortifie le futur baptisé dans son combat contre le péché. Elle donne force aux catéchumènes qui en sont marqués, les dispose au baptême et les rend capables de devenir fils de Dieu et de vivre dans l’Eglise famille de Dieu. Frères et sœurs, prions pour tous ceux qui sont au service de la formation des catéchumènes : les catéchistes titulaires, volontaires, les papas et mamans catéchistes. Par ailleurs, j’invite les communautés chrétiennes à s’engager davantage pour la recherche et l’accompagnement des catéchumènes : « un chrétien, un catéchumène pour Jésus ». Ensemble, prions pour tous les catéchumènes qui vont recevoir le baptême à pâques.

- Consécration du saint Chrême

L’huile est signe de richesse et de bénédiction de Dieu. Elle est aussi une marque indélébile. Le parfum du Saint Chrême, huile mélangée de balsame (ou baume du Pérou) signifie la plénitude des dons que l’Esprit Saint procure. L’usage du saint Chrême est prescrit dans tous les sacrements qui confèrent un « caractère » ou une marque définitive, indélébile : le baptême, la confirmation, l’ordination presbytérale ou épiscopale. Il est également utilisé pour la consécration des églises, des autels et des cloches. Tous ceux qui reçoivent l’onction du saint chrême sont rendus capables d’obtenir le salut de Jésus-Christ. Enrichis du don de l’Esprit saint, ils sont plus étroitement liés à l’Église et ont l’obligation d’être témoins du Christ en parole et en acte. Ils doivent propager et défendre la foi (cf. canon 879).

Temps de Conversion-Temps de rénovation des promesses baptismales-temps de consécration des huiles. Faisons de ces moments, une occasion de réveiller les sources d’eau vive qui dorment dans nos cœurs. Ne laissons pas passer en vain ce temps favorable de carême! Demandons à Dieu de nous aider à mettre en œuvre un chemin de vraie conversion (Message de Carême 2019-Pape François). A tous et à toutes, fructueux carême ! Bonne montée vers Pâques !

+Philippe Cardinal OUEDRAOGO,
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

 

Pin It

L’adoration

La première attitude de l’homme face à Dieu est l’adoration. Dieu est tellement grand qu’il suscite l’émerveillement, l’admiration, le respect, parfois la peur. Ceux qui voient un signe de sa présence sont fascinés et ont besoin de se prosterner.

« Le Seigneur apparut à Abraham… Abraham aperçut trois hommes debout devant lui. Il accourut à le

...

1. Seigneur Jésus, Roi de Gloire, Toi qui étais, qui es et qui viens, je T'adore Toi qui habites parmi nous dans cette chapelle, ou cette église, présent réellement dans le Sacrement de ton Corps vivant. Je ne Te vois pas de mes yeux mais Toi, Tu me regardes, et Tu m

...