PRIVÉS D’ESPRIT PROPHÉTIQUE

4ème dimanche du Temps ordinaire – Année C

 

En ce temps-là, dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d'Isaïe, Jésus déclara : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »
Tous lui rendaient témoignage et s’étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche. Ils se disaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? »
Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : “Médecin, guéris-toi toi-même”, et me dire : “Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm ; fais donc de même ici dans ton lieu d’origine !” »
Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays.
En vérité, je vous le dis : Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien. »
À ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. (Lc 4,21-30)

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Nous savons que l'opposition à Jésus s’est développée progressivement : la méfiance des scribes, l'irritation des maîtres de la loi et le rejet des chefs du temple sont allés en augmentant jusqu'à ce qu'ils finissent par sa condamnation et son exécution sur la croix.

L'évangéliste Luc le sait aussi. Mais, intentionnellement, en forçant même son propre récit, il parle du rejet frontal de Jésus dans la première action publique qu'il décrit. Dès le début, les lecteurs doivent prendre conscience que le rejet est la première réaction que Jésus rencontre parmi les siens lorsqu'il se présente comme Prophète.

Ce qui s'est passé à Nazareth n'est pas un événement isolé. Quelque chose qui est arrivé dans le passé. Le rejet de Jésus quand il se présente comme Prophète des pauvres, libérateur des opprimés et pardonnant aux pécheurs, peut se produire chez ou les siens à travers les siècles.

Il est difficile pour nous, disciples de Jésus, d'accepter sa dimension prophétique. Nous oublions presque complètement quelque chose qui a une grande importance. Dieu ne s'est pas incarné dans un prêtre, consacré à prendre soin de la religion du Temple. Ni dans un scribe occupé à défendre l'ordre établi par la Loi. Il s'est incarné et révélé dans un Prophète envoyé par l'Esprit pour proclamer la Bonne Nouvelle aux pauvres et la libération aux opprimés.

Nous oublions que la religion chrétienne n'est pas simplement une religion de plus, née pour fournir aux disciples de Jésus les croyances, les rites et les préceptes nécessaires pour vivre leur relation avec Dieu. C'est une religion prophétique, impulsée par le Prophète Jésus pour promouvoir un monde plus humain, orienté vers son salut définitif en Dieu.

Nous chrétiens, nous risquons de négliger encore et encore la dimension prophétique qui doit animer les disciples de Jésus. En dépit des grandes manifestations prophétiques qui ont eu lieu dans l’histoire chrétienne, ce qui est affirmé par le célèbre théologien H. Von Balthasar reste toujours vrai : « À la fin du deuxième siècle, il est tombé sur l’esprit prophétique de l’Église une couche de givre qu’on n’a pas encore complètement enlevé ».

Aujourd'hui encore, soucieux de restaurer "le religieux" face à la sécularisation moderne, nous, chrétiens, nous risquons de marcher vers l'avenir privés d'esprit prophétique. S’il en est ainsi, il peut nous arriver la même chose qu’aux habitants de Nazareth : Jésus s’ouvrira un chemin au milieu de nous et "s’éloignera" pour continuer sa route. Rien ne l'empêchera de poursuivre sa mission libératrice. D'autres, venant de l'extérieur, reconnaîtront sa force prophétique et accueilleront son action salvatrice.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

[Abréviation : NMR : Nouveaux Mouvements Religieux]

Le Raëlisme est assez représentatif de l’idée que les gens se font du religieux en notre ère de la consommation, et des compensations qu’ils recherchent lorsque la vie ne correspond pas à leurs rêves Autrefois on parlait de « romans à l’eau de rose » pour le

...

207. Qu’est-ce que la vie éternelle ?

La vie éternelle est la vie qui commence aussitôt après la mort. Elle n’aura pas de fin. Elle sera précédée pour chacun par un jugement particulier prononcé par le Christ, juge des vivants et des morts, et elle sera scellée au jugement final.

208. Qu’est ce que le juge...