Paroisse Notre Dame des Apôtres de la Patte d’Oie, 4 août 2018

- Révérende Mère Francisca Maria Gil Navazo, Supérieure Générale,
- Chers Prêtres, Religieux (ses), Catéchistes, Fidèles Laïcs,
- Chers Parents et Amis,
- Chère Sœur Irène KAFANDO,
- A vous tous, Grâce et Paix de la part de Dieu notre Père et de notre Bien-aimé Seigneur Jésus Christ

En ce jour béni où l’Église célèbre la fête de Saint Jean Marie Vianney, Patron des Curés (et des Prêtres), au nom de notre Église Famille de Dieu de Ouagadougou, je voudrais tout d’abord exprimer à la Révérende Mère Supérieure Générale et à toutes les Sœurs Théatines, une chaleureuse bienvenue au Burkina Faso et nos vives Félicitations. Merci d’avoir accepté d’organiser la profession perpétuelle de notre fille – Sr Irène KAFANDO¬– dans notre Archidiocèse, dans la Paroisse Notre Dame des Apôtres de la Patte d’oie. A n’en point douter, l’événement qui nous réunit ce matin constitue un temps de grâce pour votre Institut religieux et un signe d’espérance pour notre Église.

En effet, « l’état de ceux qui professent les Conseils Évangéliques, nous enseigne le Concile Vatican II, appartient à la vie et à la sainteté de l’Église » (Lumen Gentium N°44). Nombreux et riches sont les éléments qui méritent d’être mis en lumière aujourd’hui, non seulement pour la professe perpétuelle de ce jour, mais pour notre assemblée en prière. Avec vous, je m’arrêterai volontiers sur deux aspects fondamentaux de la vie consacrée que le Seigneur nous donne d’accueillir et de célébrer ce matin.

I. LA SIGNIFICATION DE LA VIE CONSACRÉE

Que signifie la Vie Consacrée ? Que signifie la Profession Perpétuelle de Sr Irène KAFANDO ce matin ?

A l’origine de toute vocation et de toute consécration religieuse, il y a d’abord un appel de Dieu que rien n’explique sinon l’amour qu’il porte à la personne qu’il appelle. Cet amour est absolument gratuit, personnel et unique. Il embrasse la personne au point qu’elle ne s’appartient plus elle-même, mais elle appartient au Christ (cf. 1 Co 6, 19 / Vita Consecrata N°28).D’autre part, ceux ou celles que Dieu appelle ainsi par pur amour, donne à leur tour une réponse d’amour.

Les textes bibliques choisis pour notre méditation illustrent bien cela. Dans le récit de la vocation de Jérémie, il n’a pas choisi d’être prophète : Dieu l’a choisi depuis toujours : « Avant même de te former au ventre maternel, je t’ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t’ai consacré » (Jr 1, 4). Jérémie est donc choisi et envoyé par Dieu pour une mission : il est prophète pour tous les peuples. Et il a la certitude que Dieu est avec lui face à toutes sortes d’adversités, telle la résistance des peuples et des gouvernants : « Ils luttent contre toi mais ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi » (Jr 1, 19).

Dans l’Évangile de Saint Jean, (Jn 15, 1-8), Jésus lui-même nous dit clairement l’origine et la dépendance de toute vocation : « Je suis la Vigne ; vous, les sarments. » En clair, en dehors de lui, aucune vocation ne s’explique et ne tient pas. « Celui qui demeure en moi et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car hors de moi, vous ne pouvez rien faire. (Jn 15,6).

La consécration religieuse est un don de Dieu qui renvoie à la consécration baptismale (LG N° 44). En effet, le baptême purifie, sanctifie, régénère, vivifie et consacre la personne du baptisé au point d’en faire « une propriété de Dieu ». Quant à la consécration religieuse, - tout comme celle sacerdotale -, elle constitue une nouvelle consécration, selon une belle affirmation du Concile Vatican II : « A un titre nouveau et particulier, le Religieux (se) est entièrement livré à Dieu. La profession des conseils évangéliques répond à une vocation divine et constitue une consécration particulière qui s’enracine intimement dans la consécration du baptême et l’exprime avec plus de plénitude (Perfectae Caritatis N° 5). Il n’y a point de consécration religieuse sans les conseils évangéliques de chasteté, pauvreté et obéissance.

- Par le vœu de chasteté dans le Célibat volontaire, les Religieux (ses) offrent plus foncièrement leur cœur à Dieu et entrent dans une intimité radicale avec lui. Le canon 599 précise que le conseil évangélique de chasteté comporte l’obligation de la continence parfaite dans le célibat.

- Par le conseil évangélique de pauvreté, les religieux (ses) placent en Dieu leur trésor. Se faire pauvre à l’imitation du Christ comporte une vie pauvre en fait et en esprit, laborieuse et sobre, étrangère aux richesses de la terre, à l’apprêté de tout gain ou intérêt quelconque.

- Par le conseil évangélique d’obéissance, à la suite du Christ obéissant jusqu’à la mort, les religieux (ses) font complètement l’offrande de leur volonté et leur liberté à celui par lequel ils ont laissé prendre leur vie.

Le Concile Vatican II retient que par les trois vœux de chasteté, pauvreté et obéissance « le fidèle du Christ est entièrement livré à Dieu, auquel il voue l’amour le plus complet, pour être en personne, affectée au service de Dieu et à son honneur à un titre nouveau et particulier » (L.G N°44). Les engagements que comportent les vœux ne sont que l’expression d’une consécration fondamentale, qui signifie l’appartenance totale de la personne à Dieu. C’est l’être profond de la personne qui devient la propriété exclusive de Dieu. C’est cela être religieux ou religieuse.

II. MISSION / FONCTION DE LA VIE CONSACRÉE

Chers Frères et Sœurs, à l’image de Jésus que le Père a consacré et envoyé en mission dans le monde (cf. Jn 10, 36), les Religieuses Théatines de l’Immaculée Conception sont elles aussi « appelées, consacrées et envoyées » dans le monde pour poursuivre la mission évangélisatrice de l’Église. « Allez de toutes les nations, faites des disciples » (Mc 15,16).

La Vénérable Mère Ursule Benincasa, fondatrice des Sœurs Théatines , exprimait son désir de partir pour une terre des infidèles pour prêcher Jésus Christ et donner sa vie pour la foi. Sa prière pour la conversion des infidèles était constante. (cf. Pensées).

Chères Sœurs Théatines, à la suite de votre fondatrice, puissiez-vous continuer à vivre votre charisme avec un zèle vraiment apostolique selon vos constitutions :

- En servant l’Église avec un amour filial

- En vous dédiant fidèlement à la prière

- En vous dédiant généreusement à l’éducation de l’enfance et de la jeunes et dans la formation de a foi sans négliger la promotion humaine combien nécessaire pour donner la dignité à tout être humain.

Chères Sœurs Théatines, puissiez-vous vivre votre consécration à Dieu et la perfection de la charité avec joie et une ardeur généreuse, ayant pour norme supérieure celle laissée par votre Mère fondatrice : « Votre Règle Unique, c’est l’Amour ! ».

Tout institut religieux est appelé à la mission et à la sainteté. Mais la mission, avant de se caractériser par les œuvres extérieures, consiste à rendre présent au monde le Christ lui-même par le témoignage personnel (cf. Vita Consecrata n° 72). C’est là un défi que tout Institut Religieux doit relever. On est missionnaire d’abord par ce qu’on est, avant de l’être par ce qu’on dit ou ce qu’on fait.

Dans cette perspective, je voudrais terminer par une interpellation forte de l’Assemblée Spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques de 1994 : « Dans une Église Famille de Dieu, la vie consacrée a un rôle particulier, non seulement pour indiquer à tous l’appel à la sainteté, mais aussi pour témoigner de la vie fraternelle dans la communauté. Par conséquent, les consacrés sont invités à répondre à la vocation à laquelle ils sont appelés dans un esprit de communion et de collaboration avec leurs Évêques respectifs, le Clergé et les Laïcs » (Ecclesia in Africa N° 94).

C’est dire que la sainteté c’est vivre la perfection de la charité, c’est avoir pour « Règle Unique, l’Amour ». Cela suppose une union intime avec Jésus dans la prière quotidienne, régulière, confiante, dans la méditation de la Parole de Dieu, la fréquentation régulière des sacrements, en particulier l’Eucharistie et la Réconciliation. « Le véritable missionnaire, c’est le Saint » (R.M. N°90). Les œuvres d’apostolats ou de promotion humaine viennent seulement après cela.

Enfin, par rapport à la deuxième interpellation, disons que la vie fraternelle en communauté avec chacun des membres de l’Institut Religieux

- Constitue un stimulant pour la persévérance et l’épanouissement dans la vocation et la fidélité aux vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance.

- En outre, elle constitue un témoignage prophétique pour notre monde en quête de réconciliation, de justice et de paix.

Chère Irène KAFANDO, ce jour est unique pour ta vie, à la suite de Notre Seigneur Jésus Christ. C’est pourquoi nous sommes accourus nombreux pour t’entourer de notre présence, de notre affection et de notre prière. Daigne la Vénérable Ursule Benincasa intercéder pour toi afin que le Maître de la moisson achève en toi ce qu’il a si bien commencé.

Et que par l’intercession maternelle de la Bienheureuse Vierge Marie, l’Immaculée Conception, l’Institut des Sœurs Théatines de l’Immaculée Conception s’implante et s’épanouisse avec fécondité en Afrique et particulièrement au Burkina Faso, pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Sr Irène, Félicitations, Courage et Bon vent, « Duc in altum »

A tous et à toutes, merci pour votre présence et votre prière. Bonne fête.

+ Philippe Cardinal OUEDRAOGO,
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

 

Pin It

1. "L'ange me montra le Fleuve de Vie – le Saint-Esprit – qui jaillissait du Trône de Dieu et de l'Agneau". Seigneur Jésus, je T'adore, Toi le Fils du Père, Toi sur qui l’Esprit Saint repose, Toi qui, glorifié, nous envoies l'Esprit, comme à la Pentecôte... Je ne vois ici qu'un morce

...

Marie nous mène à Jésus

Marie est Mère de l’unique Sauveur des hommes. « Elle n’ajoute rien à Jésus Christ. Elle est tout entière intérieure à son mystère » (Saint Jean Eudes). On doit la regarder comme inséparable de son Fils. Elle l’accompagne au long de sa vie, communiant à ce qui habite son cœur

...