RIEN DE TOUT CELA PARMI NOUS

29ème dimanche Temps ordinaire – Année B

Alors, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, s’approchent de Jésus et lui disent : « Maître, ce que nous allons te demander, nous voudrions que tu le fasses pour nous. »
Il leur dit : « Que voulez-vous que je fasse pour vous ? »
Ils lui répondirent : « Donne-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire. »
Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, être baptisé du baptême dans lequel je vais être plongé ? »
Ils lui dirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « La coupe que je vais boire, vous la boirez ; et vous serez baptisés du baptême dans lequel je vais être plongé.
Quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, ce n’est pas à moi de l’accorder ; il y a ceux pour qui cela est préparé. »
Les dix autres, qui avaient entendu, se mirent à s’indigner contre Jacques et Jean.
Jésus les appela et leur dit : « Vous le savez : ceux que l’on regarde comme chefs des nations les commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir.
Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur.
Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous :
car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » (Marc 10, 35-45)

Pendant leur montée vers Jérusalem, Jésus annonce à ses disciples le destin douloureux qui l’attend dans la capitale. Les disciples ne le comprennent pas. Ils se disputent entre eux les premiers postes. Jacques et Jean, disciples de la première heure, s’approchent de lui pour lui demander directement de les faire asseoir un jour « l’un à sa droite et l’autre à sa gauche ».

On sent le découragement de Jésus : « Vous ne savez pas ce que vous demandez ». Personne dans le groupe ne semble avoir compris que le suivre de près pour collaborer à son projet, ne sera jamais un chemin de pouvoir et de grandeurs mais un chemin de sacrifice et de croix.

Entre temps, les dix autres sont indignés lorsqu’ils apprennent la hardiesse de Jacques et de Jean. Le groupe est plus agité que jamais. L’ambition est en train de les diviser. Alors, Jésus les rassemble tous pour mettre au clair sa pensée.

Avant tout, il leur expose ce qui arrive parmi les peuples de l’Empire romain. Ils connaissent tous les abus d’Antipas et des familles hérodiennes en Galilée. Jésus résume la situation en ces termes: ceux que l’on reconnaît comme chefs, commandent en maîtres en utilisant leur pouvoir pour « tyranniser » les peuples, et les grands font sentir leur pouvoir en « opprimant » leurs sujets. Jésus ne peut être plus catégorique : « Rien de tout cela, parmi vous ! »

Il ne veut rien voir de semblable parmi les siens: « Celui qui veut être grand parmi vous qu’il soit votre serviteur, et que celui qui voudra être le premier parmi vous, soit l’esclave de tous ». Pas de place dans sa communauté pour un pouvoir oppresseur, mais seulement pour le service qui aide. Jésus ne veut pas des chefs assis à sa droite ou à sa gauche, mais des serviteurs comme lui, qui donnent leur vie pour les autres.

Jésus met tout au clair. Son Église ne se construit pas par l’imposition de ceux qui sont en haut, mais par le service de ceux qui se placent en bas. Pas de place en elle pour une quelconque hiérarchie en mode d’honneur ou de domination. Pas de place non plus pour des méthodes ou des stratégies de pouvoir. Ce qui constitue l’Église de Jésus c’est le service.

Jésus accorde une telle importance à ce qu’il dit qu’il se donne lui-même en exemple, car il n’est pas venu dans le monde pour être servi mais « pour servir et pour donner sa vie en rançon pour tous ». Jésus n’apprend à personne comment faire pour réussir dans son Église, mais comment servir le projet du royaume de Dieu en se dépensant pour les plus faibles et pour les plus démunis.

L’enseignement de Jésus ne s’adresse pas seulement aux dirigeants. Nous tous, chacun selon ses tâches et ses diverses responsabilités, nous devons nous engager avec plus de dévouement à vivre au service de son projet. Nous n’avons pas besoin dans l’Église d’imitateurs de Jacques ou de Jean, mais des disciples fidèles à Jésus. Ceux qui veulent devenir importants, qu’ils se mettent à travailler et à collaborer.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It

ACTE DE FOI

Mon Dieu, je crois fermement toutes les
vérités que vous m’avez révélées et que vous
nous enseignez par votre sainte Église, parce
que vous ne pouvez ni vous tromper, ni nous
tromper.
Amen.

ACTE D’ESPÉRANCE

Mon Dieu, j’espère avec une ferme confiance
que vous me donnerez, par les mérites
de Jésus-Christ,

...

1. Je laisse mes occupations du jour, et je reviens vers Toi, Seigneur, Toi l'Envoyé du Père, Toi le Sauveur du monde, Présent dans le Signe du Pain que je vois devant moi et dans lequel, éclairé par ton Esprit, je T'adore. Merci de m'accueillir, une fois de plus, auprès de To

...