Paroisse de Gounghin, Samedi 9 septembre 2017 à 9h

Frères et sœurs, ce jour que fit le Seigneur, est un jour de joie, alléluia ! Un jour de joie, parce que le Seigneur a donné encore à son Église des Servantes pour la cause de l’Évangile, des consolatrices qui apporteront aux cœurs affligés la consolation.

Félicitations à vous toutes qui avez osé suivre Jésus temporairement et perpétuellement, dans un monde souvent hostile à Jésus, à son évangile, hostile à la gratuité, à la vérité et à la justice. C’est dans un tel monde que vous avez été choisies et envoyées par Dieu, et députées pour service la cause de l’Église. Votre Oui, a attiré sur vous en ce jour la grâce qui vous a pleinement engagées dans le Seigneur ! C’est pourquoi, avant de jubiler pour tant de grâces reçues en ce jour, avant de faire la fête avec vos parents et amis venus ici vous accompagner dans votre engagement, il vous faut entendre à nouveau le message que le Seigneur vous adresse. Les textes liturgiques de ce jour vous lancent fidèlement et unanimement trois messages forts : Soyez des messagères de la Parole de Dieu. Tirez votre force de la Croix du Christ. Demeurez dans l’amour du Christ et donnez sa vie pour les autres.

1. Soyez des messagères de la Parole de Dieu : Le prophète Jérémie est le modèle par excellence du messager que vous devez apprendre à devenir. Jérémie était déçu par l’impénitence du peuple d’Israël. Il attendait de voir s’abattre sur les pécheurs, la colère et le feu de Dieu, quand le Seigneur l’appela pour lui dire de se mettre au service de sa Parole : « Lève-toi et descends à la maison du potier ; là je te ferai entendre ma parole ». Cette Parole qui installe le prophète Jérémie au pied du potier, le met non seulement, face à la figure d’un artisan qui crée et recrée, à l’image du Dieu créateur, mais aussi face à celle d’un Dieu patient qui aime son peuple, telle cette argile que le potier manie avec soin, pour en tirer un ouvrage plus merveilleux. Dieu qui se révèle ainsi à ce prophète de douleur, lui pose sur les lèvres, des paroles d’espoir et de consolation. Dieu n’est plus un Dieu destructeur, mais créateur et miséricordieux. Comme de l’argile dans les mains d’un potier, il est un Dieu qui est à mesure de façonner ses enfants au lieu de les bastonner, parce qu’il est miséricordieux. Cette image qui ouvre les yeux du prophète à la tendresse de Dieu, vous appelle à cette même douceur ! Soyez alors mes sœurs, les messagères de la miséricorde et de la bonté de Dieu ! Le Pape François exhortait de ce fait, les personnes consacrées : « Soyez donc des femmes et des hommes de communion, rendez-vous présents avec courage là où il y a des disparités et des tensions, et soyez signe crédible de la présence de l’Esprit qui infuse dans les cœurs la passion pour que tous soient un (cf. Jn17, 21). Vivez la mystique de la rencontre : « la capacité d’entendre, d’être à l’écoute des autres. La capacité de chercher ensemble le chemin, la méthode », vous laissant éclairer par la relation d’amour qui passe entre Les trois personnes divines (cf.1 Jn4, 8), ce modèle de toute relation interpersonnelle » (Pape François, Lettre à tous les Consacrés du Monde, 2014). Ainsi donc, vous aussi donnez à votre consécration un élan nouveau ! Ne soyez pas des sœurs qui condamnent très vite les autres, qui jugent hâtivement et désespèrent de ce monde en quête de discernement et de valeurs. Annonçons ensemble à ce monde qui tente par tous les moyens de se débarrasser de Dieu et de la Religion, que Dieu est miséricordieux. Car aujourd’hui, ce qui porte plus, ce qui touchera davantage les hommes et entraînera leur conversion, ce sont des paroles d’espérance et de consolation. Ce monde a plus besoin de témoins que de maîtres ! Soyez donc des témoins de l’amour miséricordieux !

2. Tirez votre force missionnaire de la Croix du Christ : Le deuxième défi que la Parole de Dieu nous lance, découle directement de la pensée profonde de l’apôtre Paul sur la Croix du Christ. Il écrit aux Corinthiens, une lettre qui dépeint la profondeur du mystère de la souffrance du Christ. La croix, un mystère si immense et si dense qui fait taire le sage, l’homme cultivé et les théoriciens de ce monde. L’apôtre Paul l’affirme encore plus clairement : « Alors que les juifs attendent des miracles et les grecs veulent de la sagesse, nous proclamons un messie crucifié. Quel scandale pour les juifs. Et pour les autres quelle folie ! ». Saint Paul a connu cette réalité qu’il décrit : suivre le Christ, être incompris, être traité de fou, être battu et jugé. Cette souffrance dans l’apostolat incombe à tout consacré. S’engager à la suite de Jésus, c’est accepter d’être fou aux yeux des hommes. La folie de la croix est cette ferveur qui vous pousse à rester avec le Christ, pour porter chaque jour de votre consécration votre croix à sa suite. Cette croix, c’est déjà votre renoncement aux biens de ce monde, pour les biens célestes, c’est aussi votre renoncement à accomplir votre propre volonté pour n’en garder que celle que Dieu manifeste à travers vos supérieures légitimes, et cette croix enfin, c’est votre choix de vivre chastes dans le célibat pour offrir votre corps et votre cœur à Dieu. C’est ainsi que la Pauvreté, l’Obéissance et la Chasteté, deviennent au quotidien des petits chemins de croix au bout desquels vous faites l’expérience de la sainteté qui rend fécond votre apostolat. C’est pourquoi dans l’Évangile, le Christ vous appellera à demeurer dans son amour, car c’est dans son sacré cœur, que tout homme trouve de quoi nourrir sa consécration et la force de porter son engagement à la suite du Christ souffrant.

3. Demeurez dans l’amour du Christ et donnez sa vie par amour : C’est le troisième message de ce jour. C’est le discours d’adieu que le Christ prononce à l’endroit de ses disciples, il y est question d’amour. Le Christ avant de partir vers son Père, confie à ses disciples un grand trésor : l’amour ! « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Et vous, vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande ». Tout amour en effet qui tire sa substance dans celui du Christ, est capable du sacrifice de soi, du don total de soi. C’est pourquoi Charles de Foucauld par exemple disait à propos de l’amour : « L'amour est inséparable de l’imitation. Quiconque aime veut imiter, il ne nous est pas possible de l'aimer sans l'imiter, de l'aimer sans vouloir être ce qu'il fut, faire ce qu'il fit, souffrir et mourir dans les tourments, il ne nous est pas possible de l'aimer et de vouloir être couronné de roses quand il l'a été d'épines » [1]. C’est le chemin d’une consécration joyeuse : votre consécration à Dieu fait de chacune de vous des filles de Dieu, qui se nourrissent de l’amour inépuisable de Jésus, pour être ensuite des canaux qui irriguent le monde et le cœur des hommes de ce même amour ! L’amour que vous devez répandre partout autour de vous, peut se manifester comme un sacrifice de soi, qui vous lance sur des chemins innombrables de charité et de compassion. Celui qui demeure dans l’amour du Christ, imite cet amour, pour en devenir le dispensateur, au point de pouvoir tout quitter, pour que le Christ, vive pleinement en lui et pour lui ! C’est à ce prix que vous pourrez donner votre vie aux autres sans hésiter et sans murmurer. Dans son Exhortation Apostolique Post-Synodale, Vita Consecrata (n°1), le Pape Jean-Paul II disait que la Vie Consacrée, profondément enracinée dans l’exemple et dans l’enseignement du Christ Seigneur, est un don de Dieu à son Église par l’Esprit. Grâce à la profession des conseils évangéliques, les traits caractéristiques de Jésus — chaste, pauvre et obéissant — deviennent « visibles » au milieu du monde de manière exemplaire et permanente et le regard des fidèles est appelé à revenir vers le mystère du Royaume de Dieu, qui agit déjà dans l’histoire, mais qui attend de prendre sa pleine dimension dans les cieux (cf. Jean-Paul II, Exhortation Apostolique, Vita Consecrata, n°1). Demeurez dans l’amour du Christ, dans la prière quotidienne, constante et confiante, et vous aurez assez de force pour vivre vos vœux, comme un don de soi, un don total de votre vie au monde ! Alors celui qui vous a choisies et consacrées vous fortifiera et consolidera votre amour dans le sien pour toujours.

Aujourd’hui, le Seigneur fait de nous tous des messagers de sa miséricorde, il nous replonge dans le mystère de sa croix glorieuse, et nous appelle à vivre pleinement dans son amour, pour en être le reflet. C’est notre mission à tous ! A la suite du Christ, donnons au monde qui nous regarde vivre, l’espoir que l’amour est encore possible, qu’il n’est pas seulement possible, mais qu’il se manifeste à travers notre façon d’être, notre apostolat, notre consécration !

Puisse le Seigneur, comme un potier habile, refaçonner nos cœurs, aux dimensions de son amour, à l’image de sa miséricorde, pour qu’à l’instar du Christ, nous sachions donner notre vie, pour la cause de l’évangile et pour le salut de nos frères et sœurs !

Encore une fois, félicitation à vous toutes, et féconde consécration religieuse.

La grâce et la Paix du Seigneur soient toujours avec vous !

+Philippe Cardinal OUEDRAOGO,
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

[1] Spiritualité de Charles de Foucauld in http://marthe-marie.paroisse.net/rubriques/haut/actualites/spiritualite-charles-de-foucauld.pdf (06 Septembre 2017).

 

Pin It