CROIRE EN L’AMOUR

30ème dimanche du Temps ordinaire – Année A

En ce temps-là, les pharisiens, apprenant qu’il avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent,
et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve :
« Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? »
Jésus lui répondit : « ‘Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit.’
Voilà le grand, le premier commandement.
Et le second lui est semblable : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même.’
De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. » (Matthieu 22, 34-40)

La religion chrétienne devient pour beaucoup personnes un système religieux difficile à comprendre et, surtout, un enchevêtrement de lois trop compliquées pour pouvoir vivre correctement devant Dieu. Nous, chrétiens, n’avons-nous pas besoin de mettre plus d’attention à soigner avant tout ce qui est essentiel à l’expérience chrétienne ?

Les évangiles ont recueilli la réponse de Jésus à un groupe de pharisiens qui lui demandent quel est le principal commandement de la Loi. Voici comment Jésus résume l’essentiel : d’abord, « tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton être » ; ensuite, « tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

L’affirmation de Jésus est claire et nette. L’amour c’est tout. Ce qui est décisif dans la vie c’est d’aimer. Voilà le fondement de tout. C’est pourquoi, la première des choses c’est de vivre devant Dieu et devant les autres dans une attitude d’amour. On ne doit pas oublier l’essentiel, en se perdant dans des choses accidentelles ou secondaires. C’est de l’amour que tout provient. Sans amour, tout est dénaturé.

Parlant de l’amour envers Dieu, Jésus ne pense pas aux sentiments ou aux émotions qui peuvent jaillir de notre cœur ; il n’est pas non plus en train de nous inviter à multiplier nos supplications ou nos prières. Aimer le Seigneur, notre Dieu de tout notre cœur c’est reconnaître Dieu comme Source ultime de notre existence, éveiller en nous une adhésion totale à sa volonté et répondre avec une foi inconditionnelle à son amour universel de Père de nous tous.

C’est pourquoi Jésus ajoute un deuxième commandement. Il n’est pas possible d’aimer Dieu tout en tournant le dos à ses fils et à ses filles. Une religion qui prêche l’amour de Dieu et oublie ceux qui souffrent est un grand mensonge. La seule position réellement humaine devant toute personne que nous aurons à croiser sur notre chemin c’est de l’aimer et de chercher son bien tel que nous le voudrions pour nous-mêmes.

Tout ce langage peut paraître trop ancien, trop usé et peu efficace. Cependant, aujourd’hui aussi, le premier problème de notre monde c’est le manque d’amour, qui déshumanise peu à peu les efforts et les luttes pour construire une société plus humaine.

Il y a quelques années, le penseur français Jean Onimus écrivait ceci : « Le christianisme est encore à ses débuts : il ne nous travaille que depuis deux mille ans. La pâte est lourde et on aura besoin de siècles de maturation avant que la charité ne réussisse à la faire fermenter ». Nous, disciples de Jésus, nous ne devons pas oublier notre responsabilité. Le monde a besoin de témoins vivants qui aident les générations à venir à croire en l’amour, car il n’y aura pas un avenir d’espoir pour l’être humain s’il finit par perdre la foi dans l’amour.

Auteur : José Antonio Pagola
Traducteur : Carlos Orduna, csv

Pin It