[Abréviation : NMR : Nouveaux Mouvements Religieux]

Ce travail a été élaboré à la faveur de cours donnés à l’Institut supérieur de Pastorale de l’Institut catholique de l’Afrique de l’Ouest à Abidjan pendant les années 1996-97 et 1997-98.

Les trois points ci-après sont étudiés :

• Sectes et N. M. R.,

o Interprétation sociologique de l’existence des sectes.

o Enchaînement historique entre ces mouvements.

o Deux documents de l’Église sur les sectes : document romain et document du SCEAM.

o Comment distinguer le christianisme de ces mouvements.

o Étude de certains de ces mouvements.

o Étude plus détaillée de la gnose, du manichéisme et d’autres mouvements.

• Églises africaines indépendantes (pour les distinguer des sectes) :

o Harrisme et Christianisme céleste.

• Intégrismes en Afrique :

o Le traditionalisme catholique.

o L’intégrisme musulman.

Après les généralités sur l’ensemble des sectes et des N. M. R., des informations plus développées sont données sur le gnosticisme, le manichéisme, la Kabbale juive et sur les mouvements ci-après : Cathares et Albigeois, Scientologie, la Fraternité blanche universelle, la Méditation transcendantale, le Mouvement raëlien.

Au total, nous ne donnons qu’un échantillon des sectes et des nouveaux mouvements dits religieux. Mais on trouvera dans ce document des fils conducteurs, des éléments qui permettent de discerner la vérité et qui font prendre conscience du danger que ces mouvements représentent.

Nous avons aussi pensé utile de traiter du traditionalisme chrétien et de l’intégrisme musulman en Afrique. Ces courants s’apparentent aux sectes : ils se distancient du tronc principal sur lequel ils devraient être entés et ils jugent impitoyablement ceux qu’ils ont quittés, en ne se remettant pas eux-mêmes en cause. Dans ce chapitre, il est insisté sur les origines de chacun des deux « intégrismes ».

A l’égard des sectes et de ce qui nous semble être des déviations, inspirons-nous de l’attitude recommandée par l’Église catholique : il faut voir en ces mouvements le défi qu’ils représentent à la conversion de l’Église elle-même, c’est-à-dire de tous les chrétiens. Face aux sectes et aux Nouveaux Mouvements Religieux (N.M.R.), l’Église ne peut pas se départir d’une attitude fondamentale de charité et de respect de la liberté religieuse. Les chrétiens sont défiés c’est-à-dire invités à se convertir vraiment et à mieux faire ce qu’ils devraient faire ; les sectes donnent parfois l’impression qu’elles font mieux que les chrétiens ce que ces derniers devraient faire.

Père Yves MOREL
Société des Jésuites
Dans : Le défi des sectes, des N.M.R. et des intégrismes, Abidjan, INADES, 1999.

Pin It