Messe de requiem à l’intention de Monseigneur Judes BICABA,
Evêque de Dédougou
CNCPZ le 27 août 2016

 

Excellence Monseigneur Giorgio BERTOLDI, Nonce Apostolique au Burkina et au Niger,
Excellences messeigneurs les archevêques et les évêques de la Conférence Épiscopale Burkina Niger,
Chers prêtres, religieux, religieuses, catéchistes,
Chers frères et sœurs bien-aimés,

Que le Dieu de l’espérance vous donne en plénitude la paix dans la foi et que le Seigneur soit toujours avec vous !

Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris ! Que le Nom du Seigneur soit béni !

Oui ! Il a plu au Maître de la Moisson de rappeler à Lui son serviteur, Monseigneur Judes BICABA, Père de l’Église Famille de Dieu qui est à Dédougou. Sa dépouille mortelle est arrivée hier soir de Paris. Nous avons eu une veillée de prière en sa faveur hier soir. Et nous voici réunis ce matin pour prier pour lui et le confier au Seigneur et Père des miséricordes. Avec foi et espérance, nous voulons affirmer ensemble que tous les liens de parenté, d’amitié et de foi que le Seigneur nous a donné de tisser avec lui de son vivant ne sauraient s’arrêter avec la mort. Célébrons donc ensemble en sa faveur, le sacrifice eucharistique du Christ mort et ressuscité, source de salut éternel.

1. Salutation

Au nom de l’Église Famille de Dieu de Ouagadougou et au nom des évêques de la Conférence Épiscopale Burkina-Niger, j’adresse un salut cordial et reconnaissant à vous tous, venus de près ou de loin, à des titres bien divers.

Je salue avec déférence son Excellence Monseigneur Giorgio BERTOLDI, notre Nonce Apostolique, ainsi que tous les évêques, prêtres, religieux, religieuses, catéchistes.

Aux autorités administratives, législatives, judiciaires, politiques, coutumières et religieuses ici présentes, merci de votre compassion, de votre solidarité et votre prière.

De façon particulière, je salue la famille diocésaine de Dédougou, les membres des familles paternelles BICABA, et la famille maternelle ainsi que l’Association des ressortissants des diocèses de Nouna et Dédougou à Ouagadougou, les amis et connaissances. A tous et à toutes, nos sincères condoléances et l’assurance de notre fervente prière.

2. Monseigneur Jude BICABA

Son Excellence Monseigneur Judes BICABA est né en 1947 à Wakara, soit 69 ans, ordonné prêtre le 12 juillet 1975 et évêque le 1er octobre 2005 pour le service du diocèse de Dédougou. Il est dans sa 41ème année de presbytérat et sa 11ème année d’épiscopat. Outre le ministère au bénéfice des communautés paroissiales de Nouna, Dédougou… Monseigneur Judes a eu la responsabilité de l’école des catéchistes de Tionkuy et a contribué à former des générations et des générations de catéchistes pour l’Evangélisation, l’animateur des communautés chrétiennes. En 2005, il est appelé par le Pape à prendre la succession de Monseigneur Zéphirin TOE, premier évêque burkinabè de Noun-Dédougou pendant 32 ans de service épiscopal.

Monseigneur Judes en était à sa onzième année d’épiscopat quand il fut durement confronté à l’épreuve de la maladie qu’il assumait avec beaucoup de courage, dans la discrétion et le silence. Il était aux soins à Paris depuis janvier 2016 et fut rappeler à Dieu le 19 août 2016. Sa devise épiscopale « Ut omnes unum sint, sanctifico me ipsum tibi », « Pour que tous soient un, je me consacre à toi ». Ceux qui le connaissent le mieux, lui reconnaissent des qualités de constance et de fermeté. Il avait l’amour du travail bienfait. Sous les apparences d’un tempérament bourru et rébarbatif, il faisait preuve de réalisme et de pragmatisme dans sa réflexion et son agir pastoral. Certes, il a eu à achever en sa chair ce qui manque aux souffrances du Christ. Comme pasteur et père d’une portion du Peuple de Dieu, la gestion du personnel dans un contexte social et culturel multi-ethnique était délicate et n’allait pas sans problèmes. A l’instar de tout responsable ecclésiastique de ce rang, il a dû assumer, dans la foi, la patience et le silence, incompréhensions, critiques, calomnies… de toute sorte. Mais ce qui est édifiant, à la suite de son Maître, le serviteur de Dieu a offert sa vie pour que « tous soient un » conformément à sa devise épiscopale. « Pour que tous soient un, je me consacre à toi ». Monseigneur Jude BICABA, continue de te consacrer, de t’offrir au Père des miséricordes pour le Bien de la portion du Peuple de Dieu que tu as aimé et servi pendant plus de 40 ans.

3. Notre foi et notre espérance

Dans le monde, il ne manque pas des gens pour affirmer que tout est fini après la mort. Si cela s’avérait vrai, à quoi bon se donner tant de peines ? Nos cultures africaines enseignent cependant que la mort est le chemin par lequel on rejoint les Ancêtres, la demeure familiale… « kuum yaa ba-yir lebre ». Et l’Église croit fermement « à la résurrection de la chair », « à la vie éternelle » et « à la communion des saints ». Les textes bibliques de notre messe d’obsèques en faveur de Monseigneur Judes BICABA, voudraient fortifier notre foi et notre espérance en la résurrection.

Les Corinthiens (1 Co 15, 19-24.25-28) mettaient en doute la Résurrection des morts… L’apôtre Paul repart du fait fondamental de la Résurrection du Christ, gage et fondement de la foi en la résurrection future qui consacrera l’aboutissement final du projet de Dieu, à savoir réunir l’humanité toute entière en Christ, autour d’un seul Dieu et Père de tous.

Dans l’Évangile (Jn 17, 1-3.24-26), dans une prière solennelle d’adieux, Jésus demande à son Père de porter son œuvre à sa plénitude en la rendant perceptible à tous, et de préserver les disciples du mal, afin qu’ils soient porteurs et témoins du projet de Dieu pour le monde : communiquer à tous la vie même de Dieu.

Frères et sœurs, en offrant le sacrifice eucharistique pour ses enfants, l’Église célèbre le mystère pascal du Christ avec foi et espérance. Le baptême fait de tout chrétien un membre du Christ mort et ressuscité.

Par la présente célébration, nous prions pour tous ceux qui sont profondément ébranlés par le décès de Monseigneur Jude BICABA : sa famille de sang notamment sa maman Rose, les membres de l’Église Famille de Dieu de Dédougou. Daigne le seigneur rendre confiance aux uns et aux autres et les affermir dans la foi et l’espérance en la résurrection. Par la présente célébration eucharistique, prions pour Monseigneur Judes BICABA afin qu’il passe avec le Christ de la mort à la vie. Qu’il soit purifié de toutes fautes et qu’il rejoigne au ciel tous les saints, dans l’attente de la résurrection des morts et la bienheureuse espérance de l’avènement du Christ.

Daigne le Seigneur nous entendre et nous exaucer !

Requiescat in pace!

+ Philippe Cardinal OUEDRAOGO
Archevêque Métropolitain de Ouagdougou

 

Pin It