Les principales méthode de harcèlement sont quatre (4) :

1. Les Atteintes aux conditions de travail

2. L’Isolement et le refus de communication

3. L’Atteinte à la dignité

4. La Violence (verbale, physique, sexuelle)

On les regroupe toutes sous la dénomination « Agissements Hostiles »

- Dans les Atteintes aux conditions de travail, on fait en sorte de mettre la personne ciblée en faute, pour qu’elle apparaisse comme incompétente ; on peut ainsi lui adresser toutes sortes de reproches et, éventuellement, trouver de la raison de la faire partir. Ces agissements peuvent être visibles dans leur intentionnalité, mais ils peuvent aussi être subtils. Ainsi, un employé peut s’entendre dire, de la part de son supérieur hiérarchique : « il a l’impression que je lui donne trop de travail, mais c’est parce qu’il ne travaille pas assez vite et perd son temps à discuter avec ses collègues ! », alors que le volume du travail a été donné avec un délai de réalisation trop court, ou bien avec des informations insuffisantes pour l’accomplissement du travail. Comment prouver le contraire ? (cf. infra, 1)

- L’Isolement et le refus de communication sont des procédés ressentis douloureusement par la victime d’autant plus qu’ils sont banalisés ou niés par l’agresseur : « Nous sommes ici pour travailler, pas pour tenir des conversations mondaines ! ». Voilà une des justifications du silence qu’on crée autour d’un employé qu’on isole, et contre laquelle il est difficile de se défendre. (cf. infra, 2)

- Les Atteintes à la dignité (moquerie, propos disqualifiants…) sont souvent repérées de tous, mais la victime en est tenue pour responsable : « il est trop susceptible et n’a pas le sens de l’humour ! », ou bien « venant d’une personne comme X, ça ne m’étonne pas que cela fasse des histoires ! » (cf. infra, 3)

- La Violence (verbale, physique et/ou sexuelle) apparaît souvent quand le harcèlement est déjà installé et repérable par tous. A ce stade-là, soit la victime est très largement stigmatisée comme paranoïaque et ses plaintes ne sont pas entendues, soit les témoins savent ce qui se passe mais sont, eux aussi terrorisés et ont peur d’apporter leur soutien à la victime. Cependant, sans cette aide extérieure, il est difficile qu’une personne puisse résister à un tel stress, à un tel traitement. (cf. infra, 4)

 

Abbé Robert ILBOUDO,
Archidiocèse de Ouagadougou

Pin It