JOURNEE DE TOUS LES AGENTS PASTORAUX DE L’ARCHIDIOCESE DE OUAGADOUGOU au CJPII

(03 Janvier 2013)

Célébration Eucharistique

- 1 Cor. 12, 1-11 =  les dons de l’Esprit

Jean 1, 29 – 34= l’Agneau de Dieu

 

Excellence Mgr Léopold OUEDRAOGO

Excellence Mgr Jean-Marie COMPAORE

Chers prêtres, religieux, religieuses, Catéchistes

Chers fidèles laïcs

 

La grâce et la paix de notre Seigneur Jésus Christ soient toujours avec vous !

Nous sommes toujours dans les festivités de la nativité de notre Seigneur Jésus-Christ et du Nouvel An 2013.

Aussi, rendons-nous grâce au Maître de la Moisson qui nous offre l’opportunité de vivre ensemble une journée de tous les agents pastoraux de l’Archidiocèse de Ouagadougou, journée de rencontre  fraternelle, journée de vœux et de prière. La source et le sommet de notre journée est bien la présente eucharistie ; eucharistie d’action de grâce, de supplication et d’espérance. Daigne le Seigneur exaucer notre prière et nous combler au-delà de nos attentes !

- Dans la première lecture (1 Cor. 12, 1-11),  la communauté chrétienne primitive semble avoir été particulièrement bénéficiaires des manifestations de la force de l’Esprit de Dieu. Et l’Apôtre Paul insiste pour que ces multiples dons ne soient pas accaparés par ceux qui en sont les bénéficiaires ; c’est dire que nul n’est propriétaire de la mission, nul n’est propriétaire des charismes, dons de Dieu pour bâtir la communauté dans l’unité, pour construire le Royaume de Dieu.

« Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la création » (Mc 16, 15). Tel est le précepte missionnaire que le Christ Ressuscité donna à ses apôtres, à l’Eglise.  Evangéliser est donc  la tâche essentielle de l’Eglise. Et à « chacun de ses membres, la manifestation de l’Esprit  est donnée en vue du bien commun » (1 Cor. 12, 4-7).

Evêques, prêtres, religieux (ses), catéchistes, fidèles laïcs... tous sont appelés à être « sel de la terre » et « lumière du monde » (Mt 5, 13-14) pour contribuer à l’édification du Royaume de Dieu.

Dans l’évangile de Jean (1, 29 – 34), Jean-Baptiste a découvert en Jésus l’Agneau de Dieu, le Messie attendu, l’envoyé du Père. A l’instar de Jean Baptiste, nous avons la mission d’inviter tous ceux qui ne connaissent pas Jésus  à le reconnaître comme le Fils de Dieu. Par la Parole et surtout par le témoignage  de vie notre Eglise doit trouver les voies et moyens pour indiquer clairement le chemin vers le Christ.

Dans son Exhortation apostolique post-synodale « Africae Munus », le Pape Benoît XVI interpelle tous les membres de l’Eglise Famille de Dieu et les invite à œuvrer ensemble dans la communion, l’unité et la synergie.

 

- Les évêques = (N°100 – 107)

Le premier devoir d’un évêque est de porter à tous la Bonne Nouvelle du salut. Le  Saint Père rappelle avec insistance  qu’ « un évêque doit être un amoureux du Christ ». La sainteté à laquelle il est appelé exige l’exercice des vertus, en premier lieu des vertus théologales, et celui des conseils évangéliques. La sainteté de  l’évêque doit rejaillir au bénéfice de ceux qui ont été confiés à sa sollicitude pastorale (Cf. Africae Munus, n° 100).

A la  suite du Christ, les évêques sont invités à être « de bons bergers et les serviteurs du troupeau », unis au successeur de Pierre, en communion et en collaboration avec le Presbyterium.

 

- Les prêtres  (n° 108 – 112)

Collaborateurs proches et indispensables de l’évêque, les prêtres ont la charge de poursuivre l’œuvre d’Evangélisation. Un appel particulier à la Sainteté est lancé à tous les prêtres. L’appel à la sainteté invite tous les prêtres à devenir des pasteurs selon le cœur de Dieu. Au nombre des moyens, le Pape énumère :

- L’approfondissement de la vie de prière et la formation continue tant intellectuelle que spirituelle.

- La méditation de la Parole de Dieu, la célébration des sacrements

- Edification des Communautés Chrétiennes par l’exemple, en vivant dans la vérité et la joie, les engagements sacerdotaux : notamment  le célibat dans la chasteté et le détachement des biens matériels. Vécus avec maturité et sérénité, ces signes qui sont particulièrement  conformes au style de vie de Jésus, expriment « le don total et exclusif au Christ, à l’Eglise et au Règne de Dieu ». (Cf. A.M., n° 111).

Toute la  personne du prêtre, i.e  corps – âme et esprit, doit appartenir au christ seul.

 

- Les personnes consacrées (n°117 - 120)

« Par les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance, la vie des personnes consacrées est devenue un témoignage prophétique  ». Les consacrées trouvent en Christ le secret de la joie du vivre ensemble, en communauté, = l’amour mutuel et la communion fraternelle, quotidiennement consolidés par l’Eucharistie et la liturgie des heures (Cf. n°117).

En outre, le Pape exhorte les consacrés à suivre fidèlement le charisme de leurs fondateurs, leurs pensées et leurs projets. Ils tiennent une part importante et nécessaire dans la vie ecclésiale et missionnaire, mais sont invités à rester en communion étroite avec l’église locale et son premier responsable, l’évêque, ainsi qu’avec le Pape, l’évêque de Rome (N° 119).

 

- Les catéchistes (n° 125 – 127)

– titulaires, volontaires, papas mamans catéchistes, sont de précieux agents pastoraux dans la mission d’évangélisation, notamment dans l’accompagnement du catéchuménat, l’animation et le soutien des communautés. Pour qu’ils jouent pleinement leur rôle, le Pape invite évêques et prêtres à prendre soin de leur formation tant initiale que continue = formation humaine, intellectuelle, doctrinale, morale, spirituelle et pastorale.

En outre, il faudrait prêter une grande attention à leurs conditions de vie pour sauvegarder leur dignité.

 

- Les fidèles laïcs (n° 128 – 131)

Par ses membres laïcs, l’Eglise se rend présente et active dans la vie du monde. Ils ont  un grand rôle à jouer dans l’Eglise, dans la société. Pour qu’ils puissent  bien assurer leur rôle, il convient de veiller à leur formation biblique, spirituelle, liturgique, pastorale, politique, économique, sociale (Cf. Doctrine Sociale de l’Eglise).

Les laïcs, hommes et femmes, sont appelés avant tout à la sainteté et à vivre cette sainteté dans le monde. Les Communautés Chrétiennes de Base (CCB) ou les mouvements et associations sont des cadres porteurs  pour entretenir la flamme vivante des baptisés laïcs, appelés à être « sel de la terre » et « lumière du monde » au cœur du monde.  

 

Conclusion

Le Pape Benoît XVI, à n’en point douter, voudrait donner une impulsion nouvelle et renouvelée  à l’Eglise Famille de Dieu en Afrique, un dynamisme.

La perspective dans laquelle doit se placer tout notre cheminement pastoral est celle de la sainteté

- La sainteté est un don offert à chaque baptisé. « Tous les fidèles du Christ, nous enseigne le Concile Vatican II, quel que soit leur état ou leur rang, sont appelés à la plénitude de la vie chrétienne et à la perfection de la charité » (L.G., n° 40).

- La  sainteté est définie par le Pape Jean Paul II comme un « haut degré de la vie chrétienne ordinaire ». C’est dire que les voies de la sainteté sont multiples et adaptées à la vocation de chacun = prêtres, religieux,, (ses), laïcs.

- Dans Novo millenium ineunte  (n° 30), le Pape nous rappelle que la sainteté devrait constituer le fondement de la  programmation pastorale. C’est un choix lourd de conséquence. C’est dire que nous ne devons pas nous contenter d’une vie médiocre, vécue sous le signe d’une   éthique minimaliste et d’une  religiosité superficielle (n° 31). Prenons à notre compte le caractère radical du discours sur la montagne, les béatitudes !

 

  • « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ».

 

  • Et nous agents pastoraux, cela est relayé par (Mt 5, 48)  Redemptoris Messio = le véritable missionnaire c’est le Saint (R.M n° 90)

  

 

Mgr Philippe OUEDRAOGO

Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : vendredi 13 décembre 2019 - Le vendredi de la 2e semaine de l'Avent
Saint(s) du jour : Ste Lucie de Syracuse, vierge et martyre

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François