(Journée de présentation des vœux à l’Archevêque -03 Janvier 2013)

I – Salutations 

Excellence Mgr Léopold OUEDRAOGO,

Chers prêtres, religieux, religieuses

Chers catéchistes et

Chers fidèles laïcs,

 

  • Avant tout propos, j’adresse, à tous et à toutes, un salut cordial de bienvenue à la présente rencontre de notre famille ecclésiale en ce début de l’Année Nouvelle 2013. Merci aux uns et aux autres pour la disponibilité et le « sensus ecclesiae » qui rendent possible nos retrouvailles.
  • Certains pourraient se demander le pourquoi de cette réunion à Tangê ? C’est la traditionnelle rencontre de vœux  à l’Archevêque que nous avons voulu renouveler pour favoriser la rencontre du plus grand nombre des agents pastoraux de l’Archidiocèse de Ouagadougou.  De façon concrète, des rencontres partielles sont possible : presbyterium, l’Union diocésaines des religieux et religieuses, Conseil diocésain des Laïcs, délégués du Conseil Pastoral  diocésain…

 

 Le nombre important des agents pastoraux ne favorise pas des rencontres de tous les membres de notre Famille ecclésiale.

Il est alors heureux que nous puissions mettre à profit la présentation des vœux pour une rencontre heureuse de toutes les composantes de notre Eglise Famille de Dieu.

Multiples sont les attentes et espérances de telles rencontres :

 

  • Dans les perspectives de l’Assemblée Spéciale pour l’Afrique du Synode des évêques de 1994, il est impérieux  pour nous de promouvoir « la solidarité pastorale organique », souhaitée par le Pape, pour tout le territoire africain et les îles adjacentes (Cf. Ecclesia in Africa n°16).
  • En outre, nous avons la présomption raisonnable que la rencontre favorise, à n’en point douter, une meilleure connaissance les uns les autres et la promotion de la communion ecclésiale, affective et effective entre ouvriers  du même champ apostolique. «  L’Eglise ne peut avancer qu’en renforçant la communion entre les membres, à commencer par ses pasteurs ». (Ecclésia in Africa n°17).

Puisse cette journée nous rendre toujours plus unis au Maître de la Moisson et plus unis les uns aux autres pour une pastorale organique et solidaire.

 

II – Pastorale diocésaine

L’Exhortation Apostolique  post-synodale « Ecclesia in Africa » invite toutes les Eglises d’Afrique à promouvoir une « solidarité pastorale organique ». Pour ce faire, il s’avère utile, sinon nécessaire, de répondre à l’attente de certains agents pastoraux en précisant quelques points de repères pastoraux pour notre Archidiocèse.

- Comme le souligne avec justesse le Pape Jean Paul II dans Novo Millennio Ineunte : « Il ne s’agit pas d’inventer un « nouveau programme » pastoral. Le programme existe déjà : c’est celui de toujours, tiré de l’Evangile et de la Tradition vivante. Il est centré, en dernière analyse, sur le Christ lui-même, qu’il faut connaître, aimer imiter, pour vivre en lui la vie trinitaire et pour transformer avec lui l’histoire jusqu’à son achèvement dans la Jérusalem céleste. C’est un programme qui ne change pas avec la variation des temps et des cultures, même s’il tient compte du temps et de l’culture pour un dialogue vrai et une communication efficace. Ce programme de toujours est notre programme pour le troisième millénaire. Il est toutefois nécessaire qu’il se traduise par des orientations pastorales adaptées aux conditions de chaque communauté » (N.M.I, N°29).

En outre, à la suite du Concile Vatican II, l’Assemblée spéciale pour l’Afrique du synode des évêques de 1994 fut un véritable kairos, apte à marquer la pastorale de tous les diocèses d’Afrique.

En 1997, en leur Assemblée plénière à Dakar, les évêques de la Conférence Episcopale de l’Afrique de l’Ouest (C.E.R.A.O) s’étaient donné le mot d’ordre suivant « Du Synode Romain au Synode Diocésain ». Ainsi, à travers les pays et diocèses de la C.E.R.A.O, furent convoqués et célébrés des synodes diocésains, voir interdiocésains. Ce fut là, une manière concrète pour nos Eglises particulières de s’approprier la riche moisson et les orientations pastorales de l’Exhortation post-synodale Ecclesia in Africa.  Des documents majeurs qui marquèrent la pastorale diocésaine furent, entre autres, et sans conteste :

- Ecclesia in Africa + Novo Millennio Ineunte 

- Eglise-Famille de Dieu ferment du Monde nouveau (instrument de travail pour le synode national de l’Eglise Famille de Dieu au Burkina faso.)

- Le Directoire Pastorale dans l’Eglise Famille de Dieu à Ouagadougou (Edifions ensemble l’Eglise famille de Dieu) (4 août 2008

- Sel et lumière du monde (juin 1999)

-Tous ces textes majeurs ont pour source : Vatican II (1962-1965) ; CIC (1983)

 

En résumé

Le thème phare de la pastorale de notre Archidiocèse est celui proposé par le synode spécial pour l’Afrique : l’Evangélisation

L’Evangélisation = « Allez dans le monde entier, proclamez l’Evangile à toute la création » (Mc 16,15). Evangéliser est la grâce et la vocation propre de l’Eglise, son identité la plus profonde. Elle existe pour évangéliser (Cf. Evangelii nuntiandi, 8 décembre 1975 n°18). L’évangélisation à pour but de transformer du dedans, rendre neuve, l’humanité elle-même. Nombreux et importants sont les aspects de l’évangélisation en Afrique : Inculturation, dialogue inter-religieux, justice et paix, auto-prise en charge, moyens de communication sociale. (Cf. Ecclesia in  Africa n°16).

An 2000 = jubilée de la Rédemption.

Le Pape Jean-Paul II lui-même, par une lettre apostolique « Novo Millennio Ineunte » (Au seuil du Nouveau Millénaire), nous invite à aller au large (duc in altum) dans l’accomplissement du mandat missionnaire laissé par Jésus aux siens, à toute l’Eglise.

Il propose lui-même un plan en 4 aspects fondamentaux qui feront l’ossature des planifications stratégiques adoptées et proposées aux églises particulières de la CERAO :

1. Communio = Communion

2. Liturgia = Liturgie

3. Diaconia = Diaconie

4. Martyria = Martyre  

Ce schéma a inspiré le plan stratégique de la Conférence Episcopale Burkina-Niger (2003 – 2009), qui sera suivi du 2ème plan en élaboration depuis novembre 2012. Les diocèses du Burkina-Niger,  chacun selon son rythme,  ont convoqué  un synode diocésain et élaboré un plan pastoral stratégique dont l’application a connu des succès très variables.

Le synode diocésain de Ouagadougou a eu lieu du 31 mai au 31 octobre 1998 et une synthèse des réflexions et orientations furent consignée dans un document : « Sel et Lumière du monde » (juin 1999).

 

II – Les perspectives pastorales de l’Archidiocèse

Le plan stratégique diocésain a pris fin en 2009, en même temps que celui de la Conférence Episcopale Burkina Niger. Le 13 juin 2009 eut lieu la prise de possession canonique du nouvel Archevêque à la Cathédrale de l’Immaculée Conception de Ouagadougou.

En tant que premier responsable de la pastorale diocésaine, je suis resté dans une perspective de continuité. Novo Millennio Ineunte  l’a bien confirmé clairement : nous n’inventons rien.... ni Jésus-Christ, ni la Bible. Mais nous avons la mission de la mise en œuvre  et de la pleine réalisation du précepte missionnaire (Cf. Mc 16,15 ; Mt 28,19). Il nous faut aller au large, en eau profonde, Duc in altum...                                         

Il nous faut faire mémoire du passé avec gratitude, vivre avec passion le présent, et nous ouvrir avec confiance à l’avenir. « Jésus Christ est le même, hier et aujourd’hui, il le sera à jamais (He 13,8).

Et pour moi, allez au large se réalisera seulement :

  • Si  nous parvenons à renforcer la communion  d’amour entre les agents pastoraux que nous sommes (Cf. E.I.A, 17)
  • Par la promotion d’une solidarité pastorale organique dans l’ensemble du territoire diocésain (cf. E.I.A, 16)
  • L’Eglise annonce la Bonne Nouvelle  non seulement par  la proclamation de la Parole, mais aussi et surtout par le témoignage de vie   grâce auquel les disciples du Christ rendent raison de la foi, de l’espérance et de l’amour qui les habitent (Cf. 1 P 3,15). « Le véritable missionnaire, c’est le saint » (R.M. n°90).

Alors, la question majeure qui est posée à chacun de nous : évêque, prêtre, religieux (ses), fidèles laïcs et la suivante : Quelle est ma contribution personnelle pour relever le défi du renforcement de la communion nécessaire à la promotion d’une solidarité pastorale organique ?

Face à cette question cruciale, il n’y a qu’une seule réponse : c’est le témoignage de la vie de chacun selon les exigences concrètes de sa vocation spécifique. Du reste, nous sommes tous appelés à être saints comme notre Père céleste est saint (Cf. Mt 5,48).

Frères et sœurs,

Notre mission essentielle est l’Evangélisation. La planification stratégique n’est pas un objectif mais un outil et un moyen adéquat pour favoriser la fécondité de notre agir pastoral. A la suite de la Conférence épiscopale Burkina-Niger qui est en train d’élaborer son deuxième plan pastoral, il nous faudra élaborer le nôtre pour un agir pastoral fécond.

Durant les 3 dernières années, nous avons essayé de centrer notre action pastorale sur quelques dimensions de notre mission évangélisatrice.

2009 – 2010 : Année du Sacerdoce proposée par le Saint Père – Thème diocésain : « Avec le Christ Grand Prêtre, bâtissons l’Eglise Famille de Dieu  à travers des CCB vivantes et missionnaires ».

2010 – 2011 : Bâtissons l’Eglise Famille de Dieu par les C.C.B. vivantes : « Avec le Christ, bâtissons des Communautés Chrétiennes de Base dynamiques, saintes et missionnaires » ; avec un effort de formation permanente = Bible et liturgie.

2011–2012 : « Avec le Christ, Parole de Dieu, bâtissons des Communautés Chrétiennes Vivantes, Saintes et Missionnaires » = Bible et liturgie.

2012 – 2013 : Année de la Foi, avec pour thème diocésain : « A la suite du Christ, Parole de Dieu, confessons, vivons et célébrons notre foi ».

Défis émergents (urgents)

-Poursuivre la Formation biblique

-Faire connaître le Credo

- Faire connaître les textes du Concile et du catéchisme de l’Eglise Catholique

- Célébrer l’Année de la foi

- Former à la Liturgie des sacrements de l’initiation chrétienne

- Renforcer l’esprit et les initiatives d’auto prise en charge : deux projets d’auto-prise en charge sont retenus :

-Le Centre Nazareth de Pastorale familiale (Lilbuuré)

-La Maison de retraite pour les prêtres âgés (près du CMA Paul VI). A cet effet, collecter les quêtes pendant les chemins de croix ainsi que le dimanche 10 mars 2013 (Dimanche d’auto-prise en charge)

- Faire comprendre aux fidèles  l’esprit des indulgences

En communion avec l’Eglise Universelle donc, nous poursuivons pas à pas notre mission évangélisatrice.

Nombreux sont les défis = Environ 25 % de la population de notre Archidiocèse est catholique = 800.000/2.500.000. Alors que faire pour annoncer et proposer avec force et efficacité la Bonne Nouvelle du salut ? Quel dynamisme missionnaire devons-nous développer pour les années à venir ?

Quelle organisation et quel accompagnement pour les catéchumènes  enfants et adultes de la catéchèse ?

Quelle organisation et quel suivi pour la Pastorale de l’élite, de la jeunesse, de l’éducation et de la santé ?

En 2010 = Création de la Paroisse Universitaire Saint Albert le Grand présentement à la Rotonde (futur siège à Ouaga 2000 ?)

En vue d’une plus grande proximité et présence avec les milieux intellectuels, les décideurs de notre société...  il nous faut développer la pastorale des groupes sociaux à l’instar des mouvements d’actions catholique.

Exemples : 

- banquiers / financiers / Parlementaires

- médecins/ homme d’affaire

- magistrats / avocats 

Sous la juridiction de la paroisse universitaire, sont réorganisées les aumôneries, la pastorale de la jeunesse.

a) Aumônerie universitaire Emmaüs pour les universités, écoles supérieures et écoles professionnelles à la Rotonde.

b) Aumônerie Ste Marie de Paspanga pour les lycées et collèges.

La Pastorale de la santé constitue un autre défi majeur. Plus de 165 structures sanitaires à Ouagadougou  = Hôpitaux¸ CMA Clinique, C.S.P.S, cabinets de soins...

Pour ces 2 défis pastoraux (jeunesse/éducation et santé), le concours des paroisses et des instituts religieux est nécessaire.

Défis de l’Auto-Prise en charge

Dans son Exhortation Apostolique post-synodale « Ecclesia in Africa », le Saint Père Jean-Paul II « invite instamment les conférences épiscopales, les diocèses et toutes les communautés chrétiennes des Eglises du continent, chacune en ce qui la concerne, à faire diligence pour que l’autofinancement devienne de plus en plus effectif ». (E.I.A, n°104).

En clair, nous sommes tous urgemment invités à nous fixer comme objectif de parvenir au plus tôt à pourvoir par nous-mêmes à nos propres besoins matériels et financiers.

Pour ce faire, un plan triennal (2012-2015) de redressement économique en vue de parvenir à l’auto-prise en charge matérielle et financière est décrété et applicable à tous les niveaux de l’Eglise Famille diocésaine : diocèse, paroisses, institutions, CCB, associations et mouvements.

Pastorale Familiale 

Concours des différents groupes qui œuvrent dans le domaine de la famille :

Création du Centre Nazareth de Pastorale familiale à Lilbouré/Bîisgê

Création d’une maison de retraite pour les prêtres âgées = à côté de Paul VI à Tampouy.

Création des paroisses :

Il n’y a aucun rythme canonique en la matière. C’est en fonction de la disponibilité des prêtres. Priez pour les vocations car il nous faut créer des paroisses aussi bien en ville qu’en zone rurale. 

Pastorale de la prière :

Il y a une présence impressionnante des mouvements et associations dans le diocèse. Des groupes spirituels qui ont énormément besoin d’encadrement et d’accompagnement. Pour  ce faire, nous avons nommé deux exorcistes pour le diocèse : Père Jean ILBOUDO et Ab. Blaise BICABA. Ils sont en même temps les aumôniers pour les groupes spirituels, Renouveau charismatique… Accompagnez-les de vos prières ferventes pour cette mission délicate. 

 

Conclusion 

Chers prêtres, religieux (ses), catéchistes, fidèles laïcs,

Nombreux et complexes sont les défis auxquels sont confrontés l’Eglise et le monde. Notre Eglise Famille de Dieu est appelée à regarder l’avenir avec confiance et espérance.

Le Seigneur Ressuscité fait route avec nous comme avec les disciples d’Emmaüs. Puisse-t-il nous trouver toujours vigilants et prêts à reconnaître son visage pour courir vers nos frères et sœurs et leur communauté la Bonne Nouvelle du Salut !

Comptons constamment sur la force de l’Esprit Saint, l’Esprit de la Mission, promis et donné à la Pentecôte et avec confiance, cette confiance « qui ne déçoit pas » (Rm 5,5) !

Daigne la Vierge Marie nous accompagner sur les routes de la Mission. N’ayons de cesse de l’invoquer, elle, l’Etoile de l’Evangélisation, aurore lumineuse et guide sûre pour notre chemin. 

 

Mgr Philippe OUEDRAOGO

Archevêque Métropolitain de Ouagadougou 

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : vendredi 13 décembre 2019 - Le vendredi de la 2e semaine de l'Avent
Saint(s) du jour : Ste Lucie de Syracuse, vierge et martyre

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd