MOT D’ACCUEIL DES MEMBRES DU CONSEIL CONSULTATIF DE L’UCAO

Ouagadougou, le 8 mars 2011

Bien chers amis,

J’ai l’insigne honneur de prendre la parole au nom de notre Eglise Famille diocésaine, pour souhaiter aux uns et aux autres un chaleureux salut de bienvenue dans l’Archidiocèse de Ouagadougou, au Burkina Faso.

Dans la principale langue locale de l’Archidiocèse (le moore) ‘’bienvenue’’ se traduit par ‘’Ne y waongo’’.

- "Ne y waongo" à Son Eminence Théodore Adrien Cardinal SARR, Archevêque Métropolitain de Dakar au Sénégal, Président de la CERAO et Grand Chancelier de l’UCAO,

- "Ne y waongo" à leurs Excellences Nosseigneurs, Présidents des Conférences épiscopales de la CERAO,

- "Ne y waongo" à M. l’Abbé Modeste SOME, Secrétaire Général de l’UCAO,

- "Ne y waongo" à tous les Présidents des Unités Universitaires de l’UCAO.

Merci d’avoir choisi Ouagadougou pour abriter la rencontre du Conseil Consultatif de l’UCAO, et merci pour la disponibilité et la présence effective des uns et des autres, signe évident de communion et d’unité sans lesquels notre entreprise commune –l’UCAO- ne saurait progresser de façon harmonieuse et significative. Daigne le Maître de la moisson bénir tous vos efforts pour la gloire de son Nom, le bien de notre Eglise Famille de Dieu et de nos sociétés Ouest-africaines.

Chers amis,

Notre capitale, Ouagadougou vient de vivre du 26 février au 5 mars 2011 la 22ème Edition du Festival panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO).

Ce fut un grand moment pour les cinéastes d’Afrique, une plateforme qui permet des échanges fructueux et la promotion des œuvres filmiques des créateurs africains.

Veuillez trouver quelques brochures qui vous donnent des informations relatives à l’organisation et aux programmes des films et des activités diverses du Festival.

Malgré la présence timide et appréciée de ‘’Signis’’ reste poser la question de la présence plus efficiente de l’Eglise au cœur du 7ème Art et des medias à évangéliser.

Vous voilà à Ouagadougou pour un séjour de travail intense. Dans une perspective de communion ecclésiale, je voudrais vous livrer un flash rapide sur la physionomie de notre Eglise Famille diocésaine.

Les premiers missionnaires, Pères Blancs, du Cardinal Charles Lavigérie sont arrivés à Ouagadougou en 1901. Le Père fondateur de l’Eglise locale, 1er préfet apostolique fut Mgr Joanny THEVENOUD.

Il fut remplacé par Mgr Emile Soquet. A l’Indépendance de la Haute-Volta, à l’instar des autres capitales, Son excellence, Mgr Paul ZOUNGRANA fut nommé Archevêque en 1960 puis cardinal en 1965. Son Excellence Mgr Jean-Marie COMPAORE lui succède en 1995. Et le 13 juin 2009, l’Eglise m’a demandé de prendre la succession apostolique comme pasteur de l’archidiocèse.

La population de l’archidiocèse n’est pas loin des 2800000 habitants. Selon le Maire Simon COMPAORE, la ville compterait un millions.

Nous comptons seulement 24 paroisses dont 16 urbaines et 8 en zone rurale.

Les statistiques disponibles retiennent qu’il y aurait près de 15 millions d’habitants dont 60% de musulmans, 20% de catholiques, 15% de la religion environ traditionnelle et 5% de protestants.

Dans l’Archidiocèse, nous comptons 126 prêtres diocésains, 112 religieux, dans 17 Instituts près de 600 religieuses reparties dans 35 Instituts religieux, 540 catéchistes titulaires, près de 300 catéchistes volontaires, 2000 papas et mamans catéchistes.

L’Archidiocèse est doté d’un petit séminaire fondé en 1925 à Pabré, et il abrite :

  • 2 grands séminaires nationaux : St Pierre-st Paul de Kosoogê (cycle de Philosophie) ; St Jean-Baptiste de Wayalgué (cycle de Théologie) ;
  • l’Université Catholique St Thomas d’Aquin (2005) dont nous devons l’initiative à nos laïcs ;
  • les missionnaires d’Afrique ont également ouvert un cycle de Philosophie qui forme des candidats au sacerdoce de quelques Instituts religieux.

En ces dernières années nous assistons à une floraison extraordinaire de structures scolaires et académiques :

  • l’Université étatique de Ouagadougou ne cesse de croître – Ouaga I / Ouaga II.
  • l’Université libre du Burkina (privé)
  • La ville de Ouagadougou compte près de 300 lycées et collèges publiques et privés
  • de nombreuses écoles professionnelles et Instituts Supérieurs

Toute cette réalité académique engendre de défis auxquels notre pastorale doit donner réponse. Puisse l’expérience de l’UCAO se confirmer d’année en année et constituer nos sociétés africaines en quête d’un système d’éducation intégral de l’homme.

L’UCAO ambitionne d’être « une Université catholique en réseau d’unités universitaires unies, florissantes et qui s’autoprennent en charge académiquement et matériellement ».

Puisse la présente rencontre baliser les sentiers encore rocailleux et tortueux et créer une synergie forte condition ‘’sine qua non’’ pour atteindre les objectifs stratégiques majeures et les résultats clefs préconisés le plan d’action.

A cet effet, nous n’aurons de cesse de prier le Seigneur, le Maître de l’Impossible.

A tous, bienvenus à Ouagadougou et fructueux travail. Daigne la Bienheureuse Vierge Marie Etoile de l’Evangélisation vous assister et vous accompagner maternellement !

+Monseigneur Philippe OUEDRAOGO
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

DMC Firewall is a Joomla Security extension!