Ascension et Sacrements Adultes (Baptême-Confirmation-Première communion)
Paroisse Cathédrale de Ouagadougou

Frères et sœurs, la grâce et la paix du Christ Ressuscité soient toujours avec vous ! 40 jours après sa résurrection, le Christ monte au ciel, pour s’assoir à la droite de son Père ! C’est la solennité de l’Ascension.

I. Signification de l’Ascension

Située à 40 jours après Pâques et à 10 jours avant la Pentecôte, l’Ascension marque la dernière rencontre de Jésus avec ses disciples après sa résurrection, son élévation au ciel. Elle symbolise un nouveau mode de présence du Christ, qui n'est plus visible dans le monde terrestre, mais demeure présent dans les sacrements. Elle annonce également la venue du Saint-Esprit dix jours plus tard et la formation de l'Église à l'occasion de la fête de la Pentecôte. Elle préfigure enfin pour les chrétiens la vie éternelle (cf. Mt 16, 14-20-He 9, 24-28). Deux évangiles mentionnent l'« enlèvement au ciel » de Jésus. Celui de Marc et celui de Luc. L’évangile de Luc que nous venons d’entendre (Lc 24, 46-53) donne un lieu exact de l’Ascension, Béthanie, le village où vivent les amis de Jésus, Marthe, Marie et Lazare, et où Jésus a ressuscité Lazare. Ce symbolisme nous ramène tous à Béthanie, non pour voir Lazare revenu à la vie humaine, mais pour voir le Christ qui rejoint la cours céleste pour une vie divine, à la droite de son Père. Ce mystère de sa résurrection qui continue dans son ascension, il ne peut que le révéler à ses véritables amis, réunis à Béthanie. L’ascension est la fête des amis du Christ, de tous ceux qui aiment le Christ !

II. La Parole de Dieu nous appelle tous à une véritable ascension

1. L’Ascension un appel à s’engager pour le Christ dans la joie

La scène de l’Ascension se termine avec un ton de joie ! C’est joie est en réalité l’acceptation de la mission qui s’ouvre pour tous les disciples de Jésus. Le maître est parti, et ce qui reste à faire, c’est de continuer son œuvre. Alors les disciples sont déterminés à repartir dans la vie, en hommes engagés, déjà investis de la puissance à venir de l’Esprit saint que le Christ leur a promise. Le 30 mai 2018, dans son exhortation sur la solennité de l’Ascension, le Pape François rappelait aux chrétiens que l’Ascension du Christ est le début de la mission de l’Église. L’évangéliste Luc décrivant la scène de l’ascension à son disciple Théophile, avec plus de détail, évoque le dialogue que Jésus eu avec ses disciples sur la mission. Les disciples ont peur de la charge missionnaire, malgré leur bonne volonté. Il leur donne une parole sûre : « Mais vous recevrez la force de l’Esprit Saint : il descendra sur vous et vous serez mes témoins, à Jérusalem d’abord, puis en Judée, en Samarie, et jusqu’au bout du monde » (Ac 1, 8).

2. L’Ascension un appel a aspiré vers les réalités d’en haut

Le Christ quitte le monde, il fut enlevé sous les yeux de ses disciples ; une nuée le cacha bientôt à leurs regards. Ils restaient là à regarder vers le ciel pendant qu’il s’éloignait (Ac 1, 9-10). Les yeux fixés au ciel, les disciples aspirent aux réalités d’en haut, là où est le vrai sanctuaire du ciel (He 9, 24). C’est pourquoi Saint Paul, les yeux fixés au ciel, dit aux Colossiens : « Recherchez donc les réalités d’en haut: c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre » (Col 3, 1). Pour aspirer aux réalités célestes, « Faites donc mourir ce qui en vous est encore de la terre : liberté sexuelle, impureté, passions, mauvais désirs, et l’amour de l’argent qui est une forme d’idolâtrie » (Col 3, 5). On ne peut fixer les yeux au ciel, que si l’on accepte de mourir du péché, pour faire une ascension vers la sainteté. L’Ascension devient un exercice pour chaque chrétien, un mouvement de notre être vers ce qui est juste et bon, ce qui est saint. En confèrent les sacrements de l’initiation chrétienne en cette solennité, l’Église veut que le Chrétien que vous êtes, transforme sa vie, à l’image de celle du Christ, pour devenir un missionnaire de la Bonne nouvelle, un exemple de sainteté pour les autres. Les sacrements sont une grâce que nous recevons de l’Esprit-Saint, promis par le Christ le jour de son Ascension.

III. L’accueil des Sacrements de l’Initiation chrétienne comme une grâce

Nous allons conférer en cette solennité de l’Ascension, les 03 sacrements de l’initiation chrétienne : le Baptême, la Confirmation et l’Eucharistie ; qui constituent comme un unique grand événement sacramentel qui nous configure au Seigneur et fait de nous un signe vivant de sa présence et de son amour.

Le Sacrement du Baptême est le fondement de toute vie chrétienne, la porte qui ouvre l’accès aux autres sacrements. Par le baptême nous sommes libérés du péché et régénérés comme fils de Dieu ; nous devenons membres du Christ et nous sommes incorporés à l’Église et faits participants à sa mission. Le baptême est le sacrement sur lequel se fonde notre foi elle-même et qui nous greffe comme des membres vivants dans le Christ et dans son Église.

Le sacrement de la Confirmation : La réception du sacrement de la confirmation est nécessaire à l’accomplissement de la grâce baptismale. En effet, par la confirmation, le lien des baptisés avec l’Église est rendu plus parfait. Ils sont enrichis d’une force spéciale de l’Esprit Saint et obligés ainsi plus strictement à répandre et à défendre la foi par la parole et l’action.

Le Sacrement de l’Eucharistie achève l’initiation chrétienne. Comme l’exprime si bien le Catéchisme de l’Église Catholique : « ceux qui ont été élevés à la dignité du sacerdoce royal par le baptême et configurés plus profondément au Christ par la confirmation, ceux-là par le moyen de l’Eucharistie, participent avec toute la communauté au sacrifice même du Seigneur (n°1322). L’Eucharistie est le mémorial de la mort et de la Résurrection du Christ, le sacrement de l’amour, signe de l’unité, lien de la charité et gage de la gloire futur donnée par le Rédempteur. L’Eucharistie est le cœur et le sommet de la vie de l’Église, la source et le sommet de la vie chrétienne.

Le Baptême, l’eucharistie, la confirmation, sont un cheminement qui nécessite un accompagnement adéquat. C’est pourquoi j’interpelle tous les parrains et marraine, à qui l’Église confie des catéchumènes. Le canon 872 du code du droit Canonique stipule que : Dans la mesure du possible, à la personne qui va recevoir le baptême sera donné un parrain auquel il revient d'assister dans son initiation chrétienne l'adulte qui se fait baptiser et, s'il s'agit d'un enfant, de le présenter de concert avec les parents, et de faire en sorte que le baptisé mène plus tard une vie chrétienne en accord avec son baptême et accomplisse fidèlement les obligations qui lui sont inhérentes. Il est de votre devoir d’être des modèles de foi et de vie chrétienne pour vos feuils. Travaillez à leur accroissement spirituel et humain, comme une mère qui veille à la santé de son enfant. Prenez ce devoir à cœur, sans jamais démissionner. Votre rôle ne s’arrête pas dans l’Église, il est pour toute la vie.

Félicitations à tous les catéchumènes qui vont recevoir les 03 sacrements de l’initiation chrétienne. Le Pape François à l’Audience du mercredi 08 janvier 2014 à la place Saint Pierre à Rome, rappelait à tous les chrétiens que les sacrements ne sont pas une formalité à remplir dans l’Église. C’est un acte qui touche notre existence en profondeur. Accompagnons les de nos prières, afin qu’ils soient transfigurés et restent attachés au Christ, pour être « sel, levain, lumière » dans l’Église et dans le monde.

+Philippe Cardinal OUEDRAOGO,
Archevêque Métropolitain de Ouagadougou

 

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd