Les Cardinaux sont communément appelés les « princes de l’Église ». En effet, la dignité cardinalice est la plus haute dignité dans l’Église. Mais plus qu’une dignité c’est la responsabilité de la fonction des Cardinaux au niveau de l’Église universelle qui importe. C’est une institution de gouvernement personnel du Pape Mais en quoi consiste l’institution cardinalice ?

RÔLE ET COMPÉTENCE DU COLLÈGE DES CARDINAUX

Selon le Code de droit canonique actuel, les cardinaux constituent un Collège particulier autour du Pape pour lui apporter leur concours dans le gouvernement de l’Église.

Collège = groupe hiérarchique ayant la personnalité juridique dans lequel tous les membres prennent part aux décisions.

 

Il leur revient, dans leur attribution principale, d’élire le nouveau Pape en cas de vacance du siège pontifical (cf. canon 349).

Le Collège des Cardinaux ou « Sacré Collège » fonctionne selon sa modalité propre. Dans le gouvernement de l’Église qu’ils assurent les Cardinaux interviennent selon deux modes :

1°- Mode collégial

Collégialement lorsqu’ils sont convoqués en Consistoire pour traiter de questions de grande importance ;

Les consistoires sont « réunis sur l’ordre et sous la présidence du Pontife romain ». Ils sont ordinaires ou extraordinaires (cf. canon 353 §1). Au consistoire ordinaire sont convoqués tous les cardinaux, du moins ceux qui se trouvent à Rome, pour être consultés sur des affaires d’importance, ou pour accomplir des actes particulièrement solennels (cf. canon 353 § 2) ; le consistoire extraordinaire est célébré selon des nécessités particulières ou quand l’exigent des affaires de grande importance. Tous les Cardinaux sont convoqués (cf. canon 353 §3).

2°- Mode individuel

• Les Cardinaux agissent Individuellement par les différents offices qu’ils remplissent quotidiennement dans le fonctionnement de l’Eglise. En effet, ils sont à la tête des principaux dicastères (Congrégations, ministères) de la Curie. Tous font partie d’une ou de plusieurs Congrégations.

• Le Pape peut confier à un Cardinal des missions particulières, notamment pour le représenter dans une célébration solennelle ou dans une assemblée comme légat (envoyé spécial ou représentant) (cf. canon 358)

STATUT DES CARDINAUX

Les Cardinaux sont créés librement par le Pape. Il nomme qui il veut. Ils sont constitués au moins dans l’ordre du presbytérat. Ceux qui ne sont pas encore évêques doivent recevoir la consécration épiscopale (cf. canon 351 § 1) ;

Ils sont créés par décret du Pontife romain de fait devant le Collège des Cardinaux normalement en consistoire. Actuellement la loi ne précise pas si cette publication doit être faite tout le Collège étant réuni ou dispersé. A partir de cette publication ils sont tenus aux devoirs et jouissent des droits définis par la loi (cf. canon 351 §2).

Le Collège a un rôle consultatif (cf. canon 353 §1) - comme tout Conseil - et cela dans les consistoires.

LE NOMBRE DES CARDINAUX

Celui-ci a varié dans l’histoire.

- Le Concile de Bâle (1431 – 1449) en fixa le nombre à vingt - quatre (24) avec deux surnuméraires possibles.

- Le Pape Paul IV (1555 – 1559) en fixa le nombre à quarante (40) par la bulle Compactum.

- Le Pape Sixte Quint (1585 – 1590) décida que désormais il y aurait soixante dix (70) Cardinaux à l’image des soixante dix vieillards de Moïse (Constitution Postquam Verus du 3 déc. 1586).

- Ce nombre a été augmenté à 74 lors du consistoire réuni par Jean XXIII le 15 déc. 1958 et à beaucoup plus par la suite.

- Paul VI (1963 – 1978) dans la Constitution Romano Pontifici Eligendo (1er oct. 1975 ) a décidé qu’il n’y aurait pas plus de cent vingt (120) Cardinaux électeurs.

LES ORDRES CARDINALICES

Le Collège des cardinaux est réparti en trois ordres cléricaux (cf. canon 350). L’ordre est précisé à chacun dans la bulle de nomination. C’est une fiction juridique qui se veut respectueuse de la disposition originelle. Sinon de fait les Cardinaux sont désormais tous évêques par décision du Pape Jean XXIII.

1°- L’ordre épiscopal (cardinaux évêques) : il concerne les Cardinaux auxquels le Pape attribue le titre d’une Eglise suburbicaire et les patriarches orientaux. Les Églises suburbicaires sont les sept (7) diocèses voisins de Rome. C’est l’ordre des Cardinaux évêques qui fournit le Doyen et le vice-Doyen du Collège des Cardinaux. Le Doyen préside le Collège mais sans pouvoir de gouvernement sur les autres (premier parmi ses pairs). Le Vice-Doyen le remplace quand il est empêché (cf. canon 352 §1). Il revient au Cardinal Doyen d’ordonner évêque tout élu qui a besoin d’être ordonné.

2°- L’ordre presbytéral (Cardinaux prêtres), généralement plus nombreux) et l’ordre diaconal (Cardinaux diacres).

Le Code de 1917 (canon 231) donnait la répartition suivante : 6 cardinaux évêques, 50 cardinaux prêtres et 14 Cardinaux diacres.

Parmi les cardinaux diacres, il y a le Cardinal proto-diacre à qui il revient d’annoncer au peuple le nom du pontife suprême élu ; c’est lui qui, à la place du pape, impose le pallium aux Métropolitains (cf. canon 355 §2).

On peut passer d’un ordre à l’autre.

STATUT PERSONNEL DU CARDINAL

- Le Cardinal qui se trouve hors de Rome et hors de son propre diocèse est exempt en ce qui concerne sa personne, du pouvoir de gouvernement de l’évêque du diocèse où il réside (cf. canon 357 §2) mais dépend de lui dans le cadre de la fonction ;

- Il jouit de plein droit de la faculté d’entendre partout les confessions des fidèles (cf. canon 967 §1) ;

- Les Cardinaux sont tenus par l’obligation de coopérer étroitement avec le Pontife romain (canon 356) ; aussi, les Cardinaux qui exercent tout office que ce soit dans la Curie et qui ne sont pas évêques diocésains sont-ils tenus par l’obligation de résider à Rome ;

- Les Cardinaux qui ont la charge d’un diocèse comme évêques diocésains se rendront à Rome chaque fois qu’ils seront convoqués par le Pontife romain.

Petite histoire du Cardinalat :

Le Collège des Cardinaux est né d’une longue évolution, qui a obéi aux nécessités de l’Église.

- LE PRESBYTERIUM ROMAIN était le Conseil de l’évêque de Rome

De ce presbyterium se dégagent les prêtres des grandes basiliques romaines, les PRÊTRES CARDINAUX

- LA DIACONIE : les diacres régionnaires constituent les DIACRES cardinaux. Ils sont en charge des biens temporels de l’Église romaine. Les diaconies majeures tenues par les diacres cardinaux gèrent le système d’assistance communautaire.

- LES ÉVÊQUES SUBURBICAIRES des diocèses autour de Rome. L’évêque de Rome travaille avec les évêques des diocèses voisins. Il est le Métropolitain de la Province romaine.

L’évêque de Rome prend les décisions importantes avec les prêtres et les diacres cardinaux et aussi avec les évêques suburbicaires. Les nombreuses demandes adressées à l’Église de Rome par les Églises particulières ont fini par instaurer un besoin de collaboration. C’est ainsi que le Corps des Cardinaux a pris de l’importance au fur et à mesure que l’autorité du pape augmentait.

- Jean VIII (872 – 882) décide que les Cardinaux seront consultés pour toutes les affaires importantes de l’Église.

- A partir du VIIIe siècle, ils sont les candidats au Pontificat romain ;

- EN 1059, Nicolas II par la Bulle IN NOMINE DOMINI, fait des Cardinaux les électeurs les plus influents du Pape, à commencer par les Cardinaux évêques ;

- La Constitution LICET DE VITANDA du IIIe concile de Latran (1179) fait des Cardinaux les seuls appelés à donner leur vote pour l’élection du Pape.

- A partir du XIe siècle, les Cardinaux sont fréquemment envoyés par le Pape en légation. Par ce fait ils deviennent naturellement les légats du Pape. En 1312, l’évêque de Poitiers se plaint que le Pape lui ait envoyé comme légat un Cardinal non évêque, remettant ainsi en cause la théorie du mandat. En effet cet évêque veut parler avec un pair dans l’épiscopat.

- Fin XIe siècle- XIIe siècle, le Sacré Collège devient le SÉNAT DU PAPE, puisqu’il est le clergé de Rome. Les Cardinaux sont les représentants de l’Église Universelle, de la Congregatio fidelium. Ils participent au gouvernement de l’Église. Mais étant donné leur appartenance à des clans et à des familles souveraines, l’indépendance de l’Église vis-à-vis des pouvoirs civils n’était pas assurée.

- Innocent III, pour faire des cardinaux ses conseillers habituels, réorganise les Consistoires ;

- En 1245 et 1274, aux deux conciles de Lyon, les Cardinaux prennent place à droite et à gauche du pape devant tous les archevêques et évêques. Les Cardinaux deviennent ainsi supérieurs à tous ;

- Le Concile de Trente (1545-1563) demande l’internationalisation du Collège des Cardinaux : « Le très saint Pontife romain prendra les Cardinaux parmi toutes les nations de la chrétienté, autant que cela pourra se faire aisément et selon qu’il les trouvera capables… »

Abbé Jacob YODA
Archidiocèse de Ouagadougou

Lire aussi : Qu’est-ce qu’un consistoire ? Que reçoivent les nouveaux cardinaux à la cérémonie d’investiture ?

Photo : la-croix.com

Pin It

Liturgie

Aujourd'hui : jeudi 16 juillet 2020 - Le jeudi de la 15e semaine du temps ordinaire
Saint(s) du jour : BBses Marie-Rose de Gordon et 6 comp., martyres († 1794)

Voir les lectures du jour

Suivez-nous sur Facebook

Les derniers tweets du Pape François

(C) 2012-2019 Catholique.bf - Tous les droits réservés.